Accueil |Internationale |

CONFLIT DE SYRIE

Septembre a été le "mois le plus meurtrier de l'année"

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Un responsable des Nations unies a indiqué vendredi que le mois de septembre était le «mois le plus meurtrier de l'année» pour les Syriens, car les frappes aériennes massives ont causé un grand nombre de victimes civiles dans ce pays. Les hôpitaux, les ambulances, les écoles et les personnes déplacées fuyant les violences sont régulièrement ciblés par les frappes aériennes en Syrie, ce qui a causé un grand nombre de tués et de blessés, a indiqué Panos Moumtzis, Coordinateur humanitaire régional des Nations unies pour la crise de la Syrie. «Je suis consterné par les rapports d'un nombre élevé de victimes civiles en raison des frappes aériennes massives en Syrie», a déclaré M.Moumtzis dans un communiqué publié par le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha). «Septembre a été le mois le plus meurtrier de 2017 pour les civils avec des rapports quotidiens d'attaques sur des zones résidentielles entraînant des centaines de morts et de blessés liés aux conflits»», a-t-il précisé. Cette semaine, les raids aériens sur la ville de Raqqa ont tué des douzaines de personnes et blessé beaucoup d'autres alors qu'environ 8000 autres restent piégées dans cette ville. Entre le 19 et le 30 septembre, les frappes aériennes sur les zones résidentielles d'Idlib ont tué au moins 149 personnes, dont la majorité étaient des femmes et des enfants. «Les attaques contre les installations médicales privent les personnes dans le besoin de leur droit à des soins médicaux qui peuvent sauver des vies», a souligné le responsable onusien. Les écoles et les hôpitaux d'Idlib ont été forcés de fermer leurs portes de peur d'être ciblés. Trois explosions dans la ville de Damas ont causé la mort de 20 personnes et ont blessé 15 autres. Des pertes civiles ont également été signalées dans la campagne de Damas, à Hama, Alep et Deir-ez-Zor.«Je voudrais féliciter le travail phénoménal effectué par les travailleurs humanitaires et en particulier le personnel national», a-t-il déclaré, notant que les secouristes risquent quotidiennement leur vie pour aider les autres.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha