Prévisions pour le 21 Novembre 2018

 Adrar Min 10 °C Max 23 °C
32
 Laghouat Min 3 °C Max 18 °C
32
 Batna Min 5 °C Max 15 °C
32
 Biskra Min 7 °C Max 20 °C
32
 Tamanrasset Min 15 °C Max 27 °C
30
 Tlemcen Min 8 °C Max 18 °C
34
 Alger Min 11 °C Max 21 °C
34
 Saïda Min 7 °C Max 16 °C
34
 Annaba Min 10 °C Max 20 °C
32
 Mascara Min 8 °C Max 20 °C
34
 Ouargla Min 10 °C Max 22 °C
32
 Oran Min 12 °C Max 22 °C
30
 Illizi Min 14 °C Max 25 °C
32
 Tindouf Min 10 °C Max 21 °C
32
 Khenchela Min 5 °C Max 16 °C
32
 Mila Min 7 °C Max 20 °C
32
 Ghardaïa Min 8 °C Max 21 °C
34
Accueil |Internationale |

DISANT CRAINDRE POUR SA VIE

Le Premier ministre libanais Saâd Hariri démissionne

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le Premier ministre libanais Saâd Hariri a annoncé hier, à la surprise générale, sa démission en accusant le Hezbollah et son allié iranien de «mainmise» sur le Liban et en disant craindre pour sa vie. «J'annonce ma démission du poste de Premier ministre», a déclaré M.Hariri, qui se trouve actuellement en Arabie saoudite, dans un discours retransmis par la chaîne satellitaire >Al-Arabiya basée à Dubaï.
La démission, totalement inattendue, intervient un an après sa nomination. Le puissant mouvement armé du Hezbollah fait partie de son gouvernement. «Je sens que ma vie est visée», a-t-il dit, affirmant que le Liban vivait une situation similaire à celle qui prévalait avant l'assassinat en 2005 de son père Rafic Hariri, ex-Premier-ministre. Quatre membres du Hezbollah sont mis en cause dans ce meurtre qui a ébranlé le Liban. Le Hezbollah est un allié crucial du régime de Damas dans la guerre en Syrie voisine.
Il est soutenu par Téhéran et est le seul parti libanais à avoir gardé ses armes après la fin de la guerre civile au Liban (1975-1990). Bête noire d'Israël, le Hezbollah refuse d'abandonner son arsenal, principale pomme de discorde dans le pays. «L'Iran a une mainmise sur le destin des pays de la région (...) Le Hezbollah est le bras de l'Iran non seulement au Liban mais également dans les autres pays arabes», a dénoncé M.Hariri, un proche de Riyadh. Et «ces dernières décennies, le Hezbollah a imposé une situation de fait accompli par la force de ses armes», a ajouté le Premier ministre démissionnaire, qui lisait son discours derrière un bureau, devant un drapeau libanais. Le Liban a connu davantage de divisions avec la guerre en Syrie, entre détracteurs et partisans du régime de Damas. M.Hariri est farouchement hostile au régime syrien.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha