Prévisions pour le 23 Octobre 2018

 Adrar Min 20 °C Max 30 °C
28
 Laghouat Min 10 °C Max 21 °C
30
 Batna Min 9 °C Max 14 °C
28
 Biskra Min 16 °C Max 24 °C
30
 Tamanrasset Min 18 °C Max 31 °C
30
 Tlemcen Min 12 °C Max 20 °C
28
 Alger Min 15 °C Max 22 °C
39
 Saïda Min 10 °C Max 22 °C
28
 Annaba Min 16 °C Max 21 °C
39
 Mascara Min 13 °C Max 21 °C
28
 Ouargla Min 17 °C Max 24 °C
30
 Oran Min 17 °C Max 24 °C
28
 Illizi Min 18 °C Max 29 °C
28
 Tindouf Min 18 °C Max 22 °C
26
 Khenchela Min 8 °C Max 13 °C
28
 Mila Min 12 °C Max 17 °C
12
 Ghardaïa Min 14 °C Max 23 °C
30
Accueil |Internationale |

CONFLIT DE SYRIE

Pour Erdogan, pas de solution incluant le "terroriste" Assad

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, en visite en Tunisie, a réitéré hier qu'il n'y avait pour lui aucune solution possible en Syrie sans le départ du président Bachar al-Assad, une des questions sur laquelle achoppent les tentatives de médiations internationales. «Il est absolument impossible d'avancer avec Assad en Syrie», a déclaré M. Erdogan lors d'une conférence de presse avec son homologue tunisien Béji Caïd Essebsi. «Je le dis très clairement, Bachar al-Assad est un terroriste qui a eu recours au terrorisme d'Etat. Nous ne pouvons dire: 'Assad peut faire l'affaire''. Si nous faisons cela, ce serait commettre une injustice» envers les Syriens tués dans le conflit,
a-t-il ajouté. Le président turc a martelé avec fermeté la position d'Ankara quelques jours après un appel commun lancé par la Turquie, soutien des rebelles syriens, mais aussi la Russie et l'Iran, alliés du régime syrien, à réunir les différentes parties fin janvier pour avancer vers un règlement politique. Après l'échec d'un nouveau round de pourparlers organisé en décembre à Genève sous l'égide de l'ONU, Moscou, Téhéran et Ankara ont relancé leur proposition de «congrès du dialogue national» syrien à Sotchi fin janvier. Certains soutiens traditionnels de l'opposition syrienne se montrent moins empressés à faire du départ du président Assad une condition préalable aux négociations, et cette dernière est sous pression pour geler cette revendication. Le gouvernement syrien de son côté refuse toute discussion sur le sort du chef de l'Etat.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha