Prévisions pour le 23 Juillet 2018

 Adrar Min 30 °C Max 45 °C
32
 Laghouat Min 26 °C Max 40 °C
34
 Batna Min 21 °C Max 33 °C
30
 Biskra Min 30 °C Max 45 °C
30
 Tamanrasset Min 23 °C Max 36 °C
32
 Tlemcen Min 20 °C Max 31 °C
34
 Alger Min 21 °C Max 29 °C
30
 Saïda Min 20 °C Max 36 °C
34
 Annaba Min 23 °C Max 30 °C
47
 Mascara Min 20 °C Max 32 °C
34
 Ouargla Min 32 °C Max 46 °C
32
 Oran Min 23 °C Max 28 °C
30
 Illizi Min 25 °C Max 40 °C
32
 Tindouf Min 29 °C Max 44 °C
30
 Khenchela Min 21 °C Max 32 °C
30
 Mila Min 21 °C Max 32 °C
30
 Ghardaïa Min 30 °C Max 44 °C
32
Accueil |Internationale |

RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

L'opposition s'attaque à la nouvelle loi électorale

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le Rassemblement de l'opposition en République démocratique du Congo (RDC) a annoncé hier avoir réuni des signatures d'élus en vue d'«attaquer pour inconstitutionnalité» la nouvelle loi électorale promulguée la veille par le président Joseph Kabila. «Plus de cinquante signatures des députés d'opposition et de la majorité sont déjà réunies pour contester devant la Cour constitutionnelle la modification de la loi électorale», a déclaré le député Christophe Lutundula, l'un des responsables du Rassemblement, la principale coalition d'opposition. En RDC, tout citoyen peut saisir la Cour pour inconstitutionnalité.
Selon la nouvelle loi, des sièges dans les assemblées (nationale et locales) ne seront attribués qu'aux élus des partis ou regroupements ayant totalisé un pour cent des voix exprimées sur l'ensemble du pays.
Les indépendants, qui ne peuvent se représenter que dans une seule circonscription, sont «d'office privés de siège», a expliqué M. Lutundula, cité par des médias locaux. La loi électorale réformée «met (donc) en place des dispositions qui excluent des candidatures des indépendants en violation flagrante de la Constitution», a indiqué l'élu. M. Lutundula n'a pas expliqué pourquoi des députés de la majorité ont selon lui signé la requête mais certains petits partis de la majorité s'étaient opposés à cette disposition. La révision de la loi électorale votée par le Parlement est le premier acte d'un calendrier qui doit aboutir le 23 décembre 2018 à plusieurs scrutins dont la présidentielle pour désigner le successeur de M. Kabila. L'opposition estime que la procédure devant la Cour constitutionnelle n'aura «aucun impact» sur le calendrier électoral. Mais la majorité accuse l'opposition d'user «des manoeuvres dilatoires pour retarder la tenue des élections», a déclaré son porte-parole André-Alain Atundu. Promulguée mardi selon la télévision d'Etat, l'ordonnance présidentielle portant réforme de la loi électorale n'est pas toujours disponible au journal officiel de la RDC, un jour après, s'est étonné le député Lutundula. Au pouvoir depuis 2001, élu en 2006 et réélu en 2011, le président Kabila a terminé son deuxième et dernier mandat constitutionnel le 20 décembre 2016.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha