Prévisions pour le 20 Aout 2018

 Adrar Min 31 °C Max 43 °C
34
 Laghouat Min 20 °C Max 30 °C
47
 Batna Min 11 °C Max 25 °C
30
 Biskra Min 21 °C Max 36 °C
34
 Tamanrasset Min 25 °C Max 34 °C
30
 Tlemcen Min 21 °C Max 30 °C
32
 Alger Min 18 °C Max 28 °C
30
 Saïda Min 18 °C Max 31 °C
34
 Annaba Min 20 °C Max 27 °C
12
 Mascara Min 16 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 27 °C Max 38 °C
34
 Oran Min 24 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 28 °C Max 40 °C
34
 Tindouf Min 28 °C Max 38 °C
32
 Khenchela Min 14 °C Max 24 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 27 °C
39
 Ghardaïa Min 24 °C Max 35 °C
47
Accueil |Internationale |

PRÉSIDENTIELLE EN EGYPTE:

Des personnalités prônent le boycott de la présidentielle

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Cinq personnalités égyptiennes ont appelé dimanche au boycott de la présidentielle prévue en mars pour laquelle le chef de l'Etat sortant Abdel Fattah al-Sissi est candidat à sa propre succession, accusant le régime «d'empêcher toute compétition loyale».

M. al-Sissi, au pouvoir depuis 2014, est actuellement le seul candidat officiellement en lice pour l'élection dont le premier tour est prévu entre les 26 et 28 mars. Les aspirants à la présidence avaient jusqu'à hier minuit pour déposer leur candidature. A noter que le chef du parti libéral égyptien, Al-Ghad, Moussa Mostafa Moussa, a déclaré hier qu'il se présentait à l'élection présidentielle face au président sortant Abdel Fattah al-Sissi. L'appel de ces personnalités a été lancé alors que la course à la présidentielle, où M. al-Sissi part largement favori, a vu depuis quelques semaines plusieurs prétendants écartés par les autorités. D'autres se sont dits découragés, dénonçant des pressions sur leurs partisans. Les signataires condamnent «toutes les mesures administratives et sécuritaires prises par le régime actuel pour empêcher toute compétition loyale lors de la prochaine élection» présidentielle. Le texte, signé entre autres par deux anciens candidats à la présidentielle de 2012, Mohamed Anouar El-Sadate, le neveu de l'ancien président Sadate, et Abdel Moneim Aboul Foutouh, ancien dirigeant des Frères musulmans, appelle «notre grand peuple à boycotter totalement cette élection». Il dénonce aussi «le climat de peur» ayant accompagné le processus électoral ainsi qu' «un calendrier électoral ne donnant pas aux candidats une réelle chance de se présenter». Hicham Geneina, ex-président de l'Autorité de contrôle des comptes publics et grand pourfendeur de la corruption, a aussi signé le texte. Démis de ses fonctions en 2016 par le président al-Sissi, il était le responsable de campagne d'un candidat récemment écarté de la présidentielle, l'ex-chef d'Etat-major Sami Anan. Il a été blessé samedi à l'arme blanche au Caire, son entourage évoquant un «motif politique» pour cette «attaque». Sami Anan a été écarté de la présidentielle et selon des membres de sa campagne, ni sa famille, ni ses avocats n'ont pu le joindre depuis sa comparution mardi dernier devant un procureur militaire. Le texte appelant au boycott a également été signé par Hazem Hosni, professeur de sciences politiques à l'université du Caire et Essam Heggy, un éminent scientifique égyptien. Mercredi drrrnier, l'avocat défenseur des droits de l'homme Khaled Ali avait annoncé qu'il renonçait à se présenter à la présidentielle de mars. D'autres adversaires potentiels ont été ces dernières semaines écartés ou découragés comme l'ancien Premier ministre Ahmed Chafiq. Mais il semble finalement que al-Sissi ne sera seul à briguer la présidence et aura un compagnon de route en la personne du dirigeant du parti «Al-Ghad» Moussa Mostafa Moussa, qui devait déposer hier sa candidature. Moussa a ainsi déclaré «Je termine certaines procédures restantes et je me rendrai à l'Autorité nationale des élections pour présenter mon dossier de candidature», assurant avoir réuni plus que le nombre nécessaire de parrainages d'électeurs et de soutiens de parlementaires pour se présenter. Cette candidature, annoncée peu avant la clôture des candidatures, fera de M.Moussa l'unique prétendant face au président sortant après le retrait de plusieurs prétendants. La semaine dernière, la presse avait présenté Sayed El Badawi, chef du vieux parti libéral historique Al-Wafd, comme potentiel candidat. Mais le parti a finalement renoncé à proposer une candidature séparée. Le président sortant al Sissi a été élu en 2014 avec 96,9% des voix.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha