Prévisions pour le 19 Aout 2018

 Adrar Min 31 °C Max 43 °C
30
 Laghouat Min 21 °C Max 33 °C
30
 Batna Min 15 °C Max 27 °C
39
 Biskra Min 22 °C Max 35 °C
32
 Tamanrasset Min 25 °C Max 35 °C
30
 Tlemcen Min 21 °C Max 32 °C
32
 Alger Min 21 °C Max 28 °C
34
 Saïda Min 18 °C Max 33 °C
47
 Annaba Min 20 °C Max 27 °C
47
 Mascara Min 21 °C Max 33 °C
34
 Ouargla Min 27 °C Max 38 °C
34
 Oran Min 24 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 30 °C Max 42 °C
34
 Tindouf Min 22 °C Max 39 °C
32
 Khenchela Min 14 °C Max 24 °C
11
 Mila Min 16 °C Max 27 °C
30
 Ghardaïa Min 25 °C Max 35 °C
30
Accueil |Internationale |

5 ASSAILLANTS ATTAQUENT L'ACADÉMIE MILITAIRE AFGHANE

Un changement brutal de stratégie

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Des soldats en faction près de l'Académie militaireDes soldats en faction près de l'Académie militaire

Les forces spéciales sont arrivées rapidement sur place et le quartier où se trouve l'Académie, un immense espace de plus de 40 hectares situé dans l'ouest de Kaboul, est, depuis le début de l'attaque, totalement encerclé par les forces armées qui ont déployé d'importants moyens.

Depuis bientôt une semaine, l'Afghanistan est en proie à des attaques répétées. Une d'entre elles était en cours hier, visant ni plus ni moins que le complexe de l'Académie militaire d'Afghanistan, à Kaboul où on enregistrait au moins deux morts parmi les soldats, alors que le contexte reste marqué par une tension extrême à la faveur de laquelle les taliban multiplient les opérations.
Des premières indications relatives à ce nouvel attentat qui a débuté avec l'explosion d'une bombe acheminée par un kamikaze, on relève un bilan de deux morts et une dizaine de blessés parmi les nombreux soldats présents dans cette enceinte. Les combats se seraient déroulés durant plusieurs heures, a en outre rapporté le porte-parole du ministère de la Défense, le général Dawlat Waziri, qui a chiffré à au moins cinq le nombre des assaillants durant cette opération: «Un d'entre eux s'est fait exploser, un autre a été arrêté, trois ont été tués. Et un autre continue de résister à nos forces», a ainsi indiqué le général Waziri.
Les forces spéciales sont arrivées rapidement sur place et le quartier où se trouve l'Académie, un immense espace de plus de 40 hectares, situé dans l'ouest de Kaboul, est depuis le début de l'attaque totalement encerclé par les forces armées qui ont déployé d'importants moyens en armes et en véhicules militaires.
Cette opération, dont on sait qu'elle incombe à Daesh puisqu'il y a eu une revendication de l'EI quelques heures plus tard, est la troisième en dix jours à peine, dans la capitale afghane, après celle qui a ciblé un grand hôtel de Kaboul, le 20 janvier dernier, puis l'explosion d'une ambulance piégée samedi, faisant au total plusieurs centaines de morts et de blessés.
Les assaillants de l'Académie militaire ont opéré à l'aube, utilisant des tirs de roquettes, de RPG et d'armes automatiques pour frapper le bataillon installé à l'entrée même de la base. Leur intention aurait été de décimer le bataillon en question pour pouvoir ensuite pénétrer à l'intérieur même de l'Académie Marshall Fahim. Des indications recueillies par l'AFP auprès d'un officier afghan présent sur le site montrent qu'il s'agit du 2e bataillon d'infanterie de la Division 111 de Kaboul, en charge de la protection de l'Académie.
L'Académie Marshall Fahim est un vaste complexe situé dans le district de Qargah, où sont accueillis les élèves destinés à l'armée afghane, depuis les cadets jusqu'aux officiers d'état-major. En octobre dernier, elle avait déjà fait l'objet d'une attaque au cours de laquelle 15 jeunes recrues afghanes avaient trouvé la mort lorsqu'un kamikaze était parvenu à s'introduire dans les lieux pour se faire exploser aux portes d'un minibus dans lequel les victimes s'apprêtaient à regagner leur domicile. Outre les quelque 500 formateurs dont de nombreux soldats et officiers américains, l'Académie compte environ 4000 stagiaires aussi bien pour les cadets que pour les élèves-officiers afghans.Encore sous le choc de l'attentat à l'ambulance piégée qui avait fait samedi plus d'une centaine de morts et 235 blessés, la présidence afghane avait décrété une journée chômée hier à Kaboul «pour s'occuper des victimes du carnage». Cet attentat revendiqué par les taliban est l'un des plus meurtriers depuis plusieurs années, mais il représente, en huit jours à peine, le troisième d'une série qui a frappé aussi bien l'hôtel Intercontinental le 20 janvier que l'ONG Save The Children à Jalalabad (Est), mercredi dernier et cela malgré un niveau d'alerte porté à son maximum tant la hantise de nouvelles attaques se fait de plus en plus forte.
Longtemps, les auteurs des attaques-suicide ciblaient en priorité les endroits où se trouvent les étrangers (hôtels, supermarchés), dont la presque totalité est constituée par des conseillers militaires occidentaux, les Américains étant pour des raisons évidentes les plus nombreux. Parfois, il arrive que les kamikazes tentent des actions spectaculaires au niveau des ambassades et institutions internationales, pour la plupart placées en confinement absolu, mais on assiste depuis quelques semaines à un changement de tactique qui met en première ligne les sites stratégiques et les casernes de l'armée afghane, en priorité. Ets-ce la réponse que les taliban entendent apporter aux récentes déclarations du président américain Donald Trump qui a tweeté sur l'urgence, à ses yeux, d'«en finir au plus vite avec la présence terroriste» en Afghanistan? Toujours est-il que le bourbier afghan demeure, bien des années après l'intervention américaine dans ce pays, toujours égal à lui-même.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha