Prévisions pour le 18 Aout 2018

 Adrar Min 31 °C Max 43 °C
34
 Laghouat Min 18 °C Max 32 °C
30
 Batna Min 14 °C Max 26 °C
34
 Biskra Min 21 °C Max 36 °C
34
 Tamanrasset Min 22 °C Max 35 °C
30
 Tlemcen Min 20 °C Max 31 °C
34
 Alger Min 20 °C Max 28 °C
39
 Saïda Min 17 °C Max 32 °C
34
 Annaba Min 22 °C Max 29 °C
39
 Mascara Min 16 °C Max 32 °C
34
 Ouargla Min 27 °C Max 38 °C
32
 Oran Min 23 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 30 °C Max 42 °C
30
 Tindouf Min 20 °C Max 36 °C
32
 Khenchela Min 15 °C Max 26 °C
30
 Mila Min 18 °C Max 27 °C
39
 Ghardaïa Min 23 °C Max 35 °C
30
Accueil |Internationale |

PROCÈS DES CONTESTATAIRES DU RIF MAROCAIN

La vidéo de trop

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Les manifestants réclamaient davantage de développement pour le RifLes manifestants réclamaient davantage de développement pour le Rif

Depuis le box, les accusés, dont le meneur de la contestation Nasser Zefzafi, ont protesté contre «l'instrumentalisation de l'opinion publique».

Le procès des militants du mouvement de contestation du Rif, dans le nord du Maroc, a été brièvement interrompu, hier, à Casablanca et le principal accusé expulsé, après la projection d'une vidéo contestée, ont rapporté une avocate et des médias. Les débats, consacrés aux interrogatoires de différents accusés, ont été marqués par de vives tensions, la défense protestant contre cette vidéo projetée par le président de la chambre criminelle de la cour d'appel de Casablanca. Ces images montrent un homme armé d'une kalachnikov, l'air menaçant. Elles auraient été reçues, selon le président de la cour, par l'un des accusés via sa messagerie WhatsApp.
L'homme qui apparaît sur cette vidéo «est syrien ou yéménite (...) Nous recevons tous des vidéos sur WhatsApp, leur réception est automatique et ne signifie pas consentement», ont protesté des avocats de la défense, cités par le site d'information Médias 24. «C'est une vidéo apparemment de Daesh (acronyme arabe pour le groupe Etat islamique) qui n'a rien à voir avec le dossier. «C'est pour cela que nous avons protesté», a dit Naima El Guellaf, l'un des avocats de la défense. Depuis le box, les accusés, dont le meneur de la contestation Nasser Zefzafi, ont eux aussi protesté contre «l'instrumentalisation de l'opinion publique». Le président de la cour a alors expulsé
M. Zefzafi de la salle, ont rapporté des médias marocains.
L'audience a toutefois repris «de façon normale» un peu plus tard, selon l'avocate.
Un total de 54 personnes sont jugées à Casablanca depuis la mi-septembre en lien avec le mouvement de contestation dit du «Hirak» qui a secoué pendant plusieurs mois entre fin 2016 et mi-2017 le Rif, une région historiquement frondeuse et géographiquement enclavée du nord du Maroc. Les manifestants réclamaient davantage de développement pour le Rif, s'estimant délaissés par l'Etat. Les accusés sont poursuivis pour des chefs d'accusation parfois mineurs, mais aussi parfois très graves, comme celui «d'atteinte à la sécurité de l'Etat» qui vise le meneur Nasser Zefzafi, 39 ans. Certains encourent théoriquement jusqu'à la peine de mort.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha