Accueil |Internationale |

ROYAUME-UNI

Attribuer le terrorisme à une religion est "fondamentalement erroné"

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Attribuer le terrorisme à une religion est utiliser l'expression «terrorisme islamiste» est «fondamentalement erroné», a affirmé jeudi l'observateur indépendant de la législation de lutte contre le terrorisme au Royaume-Uni, Max Hill QC. L'avocat Max Hill a déclaré devant le comité paritaire du parlement britannique sur les droits de l'Homme qu'il était «fondamentalement erroné» d'utiliser l'expression «terrorisme islamiste» pour décrire les attaques perpétrées au Royaume-Uni et ailleurs dans le monde. Il a affirmé que le mot terrorisme «ne devrait pas être rattaché à l'une des religions du monde', proposant d'utiliser à la place l'expression «terrorisme inspiré de Daesh» (goupe terroriste autoproclamé «Etat islamique»). M. Hill a relevé par ailleurs, que la définition légale britannique du terrorisme «mentionne la religion mais ne se réfère à aucune religion précise ni à une secte particulière ou une doctrine religieuse». A noter que le débat britannique autour de cette question a été déclenché après l'attentat qui a ciblé des fidèles musulmans à la sortie de la mosquée de Finsbury Park, au nord de Londres, en juin 2017. Au lendemain de l'attentat,
M. Hill avait pris part à une rencontre organisée par la communauté musulmane de Londres où la référence faite à l'islam lorsqu'il s'agit du terrorisme, a été catégoriquement rejetée. A noter que les comportements haineux contre les musulmans au Royaume-Uni avaient connu une hausse inquiétante après les trois attentats perpétrés à Londres et Manchester entre mars et juin 2017, selon les chiffres officiels. Ces déclarations de l'avocat Max Hill interviennent au moment où l'auteur de l'attentat de Finsbury Park qui a causé la mort d'une personne, a été
reconnu, jeudi, coupable de meurtre par la justice. Sa peine sera prononcée ultérieurement. L'accusé, Darren Osborne qui avait foncé sur les fidèles avec sa camionnette un soir de Ramadhan, avait été décrit comme un «obsédé par les musulmans» par le procureur lors du procès. Il a reconnu lors de son procès qu'il avait voulu tuer le leader du Labour Party, Jeremy Corbyn, et le maire de Londres, Sadiq Khan. Il a ajouté qu'il voulait perpétrer son attentat contre une marche de
solidarité avec les Palestiniens, organisée à Londres, et tuer le plus grand nombre possible de personnes, mais qu'il ne l'avait pas fait parce que le maire et Jeremy Corbyn, connu pour son soutien à la cause juste du peuple palestinien, n'étaient pas parmi la foule.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha