Accueil |Internationale |

CONFLIT DU SOUDAN DU SUD

Les factions vont reprendre leurs négociations

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Malgré l'accord de cessation des hostilités signé lors du premier cycle de pourparlers de paix à Addis-Abeba, les violences se sont poursuivies.

Le deuxième cycle de négociations de paix du Soudan du Sud devrait débuter aujourd'hui dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba alors que les parties belligérantes dans ce pays n'ont pas encore respecté l'accord de cessez-le-feu récemment signé. Le Forum de haut niveau pour la revitalisation de l'accord de paix au Soudan du Sud, devrait notamment rassembler les parties impliquées au Soudan du Sud sur la base de l'Accord du 21 décembre sur la cessation des hostilités, la protection des civils et l'accès humanitaire. L'accord de cessez-le-feu, négocié par l'Autorité Intergouvernementale pour le Développement (Igad), a demandé aux parties belligérantes de cesser leurs opérations militaires, aux forces de rester dans leurs bases et a appelé à la libération des prisonniers politiques. Malgré l'accord de cessation des hostilités signé lors du premier cycle de pourparlers de paix à Addis-Abeba, les violences se sont poursuivies. Selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha), les violences dans le pays ont contraint à se déplacer près de 4 millions de personnes, dont 1,9 million de déplacés à l'intérieur de leur propre pays et plus de 2 millions de réfugiés dans les pays voisins, principalement l'Ouganda, l'Ethiopie, le Kenya, le Soudan et la République démocratique du Congo (RDC). Alors que la communauté internationale exhorte actuellement les parties impliquées dans le dialogue de paix à respecter leur Accord de paix du 21 décembre, le deuxième cycle de négociations de paix doit commencer lundi à Addis-Abeba et réunira, entre autres parties, les factions armées et les factions politiques non belligérantes, différentes associations de la société civile et des représentants d'organisations privées. Selon le ministère éthiopien des Affaires étrangères, le deuxième cycle du Forum de haut niveau pour la revitalisation, qui vise à revitaliser l'accord de paix conclu en 2015 entre le gouvernement et les forces rebelles, devrait se concentrer sur les questions de paix et de sécurité et les structures de gouvernance. Même si la première série de discussions avait réussi à amener les parties impliquées dans le conflit à s'entendre sur la cessation des hostilités, elle n'a pas permis à la nation la plus jeune du monde de sortir de la guerre civile. Préoccupés par la crise humanitaire actuelle au Soudan du Sud, les dirigeants africains, qui ont pris part à la 30e assemblée des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine en Ethiopie, ont exhorté les parties sud-soudanaises à respecter l'accord de paix. Les chefs de l'ONU, de l'UA et de l'IGAD ont également exprimé conjointement leurs frustrations et ont mis en garde les factions belligérantes du Soudan du Sud contre la violation du récent accord de paix.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha