Prévisions pour le 18 Octobre 2018

 Adrar Min 17 °C Max 28 °C
32
 Laghouat Min 11 °C Max 20 °C
32
 Batna Min 11 °C Max 18 °C
11
 Biskra Min 17 °C Max 26 °C
30
 Tamanrasset Min 17 °C Max 30 °C
34
 Tlemcen Min 9 °C Max 22 °C
11
 Alger Min 16 °C Max 22 °C
11
 Saïda Min 8 °C Max 24 °C
12
 Annaba Min 17 °C Max 21 °C
47
 Mascara Min 12 °C Max 22 °C
39
 Ouargla Min 15 °C Max 26 °C
32
 Oran Min 16 °C Max 25 °C
39
 Illizi Min 19 °C Max 33 °C
32
 Tindouf Min 16 °C Max 30 °C
30
 Khenchela Min 10 °C Max 16 °C
11
 Mila Min 14 °C Max 18 °C
11
 Ghardaïa Min 13 °C Max 23 °C
32
Accueil |Internationale |

SELON LE ROI DE JORDANIE

Pas de paix au Proche-Orient sans les Etats-Unis

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

L'implication des Etats-Unis demeure essentielle pour revigorer le processus de paix israélo-palestinien et parvenir un jour à un accord, a assuré le roi Abdallah II de Jordanie dans une interview diffusée dimanche soir sur CNN. «Comment bâtir la confiance entre la direction palestinienne et celle des Etats-Unis afin de réunir autour de la table les Américains, les Israéliens et les Palestiniens?», s'est interrogé le monarque dans cet entretien, diffusé dimanche soir mais enregistré à l'occasion du Forum économique de Davos en Suisse (22-26 janvier). «Nous savons tous - et les Européens considèrent cela sous un jour positif - que nous ne pouvons avoir de processus de paix, ni de paix, sans que les Etats-Unis jouent un rôle», a ajouté le dirigeant du royaume hachémite, affirmant que cela restait vrai même après la décision du président Donald Trump de reconnaître El Qods comme capitale d'Israël. «Je pense qu'il faut donner aux Américains le bénéfice du doute et oeuvrer tous ensemble», a également estimé le roi Abadallah II, tout en admettant que la décision de M. Trump avait provoqué «une réaction très violente» en suscitant chez les Palestiniens le sentiment «qu'il n'y avait pas de médiateur honnête». Mais «j'aimerais réserver mon jugement, parce que nous attendons toujours de voir le plan (de paix) concocté par les Américains», a-t-il ajouté. «Si ce n'est pas un bon plan (...) je ne crois pas que nous ayons un plan B à ce stade». Après la récente décision du président américain, les dirigeants palestiniens avaient fait savoir que les Etats-Unis ne pouvaient plus prétendre à un rôle de médiateur dans le processus de paix, que Donald Trump rêvait de relancer mais qui s'avère plus moribond que jamais. Abadallah II de Jordanie avait d'ailleurs exprimé auprès du vice-président américain Mike Pence son «inquiétude» au sujet de cette décision unilatérale, lors d'une rencontre le 21 janvier à Amman.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha