Prévisions pour le 20 Octobre 2018

 Adrar Min 18 °C Max 28 °C
28
 Laghouat Min 10 °C Max 21 °C
30
 Batna Min 9 °C Max 22 °C
30
 Biskra Min 15 °C Max 27 °C
30
 Tamanrasset Min 18 °C Max 31 °C
30
 Tlemcen Min 10 °C Max 23 °C
39
 Alger Min 15 °C Max 26 °C
32
 Saïda Min 13 °C Max 25 °C
23
 Annaba Min 17 °C Max 23 °C
28
 Mascara Min 10 °C Max 26 °C
32
 Ouargla Min 15 °C Max 28 °C
30
 Oran Min 17 °C Max 27 °C
30
 Illizi Min 20 °C Max 36 °C
28
 Tindouf Min 13 °C Max 26 °C
32
 Khenchela Min 8 °C Max 20 °C
30
 Mila Min 13 °C Max 22 °C
28
 Ghardaïa Min 14 °C Max 24 °C
30
Accueil |Internationale |

LE CONSEIL DE SÉCURITÉ À PROPOS DU SAHARA OCCIDENTAL

"Le statu quo n'est pas acceptable!"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le Sahara occidental figure toujours sur la liste de l'ONU des territoires non autonomes qui restent à décoloniserLe Sahara occidental figure toujours sur la liste de l'ONU des territoires non autonomes qui restent à décoloniser

Le projet de résolution rédigé par les Américains appelle le Maroc et le Front Polisario à négocier sans conditions et garantit au peuple sahraoui le droit à l'autodétermination.

La nouvelle résolution qui doit prolonger le mandat de la Minurso sera votée d'ici la fin du mois. Le Maroc est sur les dents. Il veut du sur mesure. En clair: qu'elle ne fasse pas mention de la mise en oeuvre d'un mécanisme de surveillance du respect des droits de l'homme et qu'elle prenne en compte sa campagne mensongère accusant notamment le Front Polisario d'avoir violé le cessez-le-feu dans la Zone tampon d'El Guergarat. Et bien entendu cerise sur le gâteau: ne pas reconnaître au peuple du Sahara occidental le droit à l'autodétermination. En d'autres termes, ne tenir compte que de la proposition marocaine de large autonomie. Le scénario rêvé du souverain marocain! La presse du royaume commence déjà à jubiler. Le texte qui sera soumis au vote du Conseil de sécurité aujourd'hui «porte à croire que le Royaume s'avance vers une résolution qui lui est très favorable» écrit-elle. L'annexion du Sahara occidental par le Maroc serait-elle scellée? La légalité et la justice internationales seraient-elles piétinées par les institutions qui les garantissent? Le pouvoir marocain peut toujours fantasmer. Le Sahara occidental figure toujours sur la liste de l'ONU des territoires non autonomes qui restent à décoloniser. Et la prochaine résolution le fera probablement grincer des dents malgré ses cocoricos de circonstances. Sur le fond rien n'a changé. C'est même acté! Le projet de résolution rédigé par les Américains qui sera soumis au vote du Conseil de sécurité indique en préambule que «Le statu quo n'est pas acceptable!» et appelle les deux parties en conflit, le Maroc et le Front Polisario à se diriger vers «une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, qui garantira l'autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le cadre d'arrangements compatibles avec les principes et objectifs de la Charte des Nations unies» tout comme il souligne que «des progrès dans les négociations sont essentiels pour améliorer la qualité de vie de la population du Sahara occidental sous tous ses aspects». C'est sur ce dernier point que les Américains ne feront certainement pas de quartier. Le Makhzen est depuis quelques années déjà dans le viseur des Américains concernant la question du respect des droits de l'homme. Les ONG internationales et locales «continuent à signaler les abus contre les indépendantistes sahraouis... la torture est pratiquée généralement lors des détentions provisoires», avait relevé le département américain dans un rapport sur la situation des droits de l'homme au Sahara occidental, publié le 19 avril 2013. Ce qui a conduit les Etats-Unis à présenter, cette année-là, un projet de résolution pour la mise en oeuvre d'un instrument onusien de protection des droits de l'homme. Sera-t-elle remise sur le tapis? Rien n'a transpiré pour le moment. Mais gageons qu'il en sera fait encore état cette fois-ci. Cette hypothèse est renforcée par le rapport du secrétaire général de l'Organisation des Nations unies qui a souligné la pratique de la torture contre les militants sahraouis. «Le harcèlement présumé par les autorités marocaines des défenseurs des droits de l'homme sahraouis demeure également un sérieux problème», est-il écrit dans le document, présenté au Conseil de sécurité par Antonio Guterres le 29 mars, qui relève des cas avérés de torture et de mauvais traitement dans des endroits de privation de liberté. Le Conseil de sécurité ne peut fermer les yeux sur cette question. Il va donc falloir s'attendre à une rude bataille en son sein. Le souverain marocain pourra compter sur son allié traditionnel: la France qui par deux fois au moins lui a évité la correctionnelle. Alors jamais deux sans trois? Le Maroc s'en sortira vraisemblablement avec un carton jaune...

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha