Accueil |Internationale |

CONFÉRENCE DE L'ONU À GENÈVE SUR LE DÉSARMEMENT

La Syrie présidera la réunion

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

La Syrie a été désignée hier pour assumer durant quatre semaines le rôle de la présidence tournante de la Conférence du désarmement de l'ONU en fonction de l'ordre alphabétique, une place qu'elle occupera pour la troisième fois depuis son adhésion en 1996. Dans une déclaration faite à l'agence officielle syrienne Sana, le représentant permanent de la Syrie auprès des Nations unies et d'autres organisations internationales à Genève, l'ambassadeur Hussam Eddine Ala a souligné l'importance «exceptionnelle» de la présidence de cet important forum international. L'ambassadeur syrien a fait noter que la Syrie assumera la présidence de la Conférence avec «responsabilité» et oeuvrera à «défendre les priorités et les principes adoptés par les Nations Unies et les organisations internationales multilatérales, dont en particulier le respect des principes du droit international, de la Charte des Nations unies et des règles et des principes sur lesquelles la Conférence du désarmement avait été fondée».
Le représentant de la Chine qui a pris la parole à cette occasion, a tenu à féliciter la Syrie pour sa désignation afin de mener cette mission. «Félicitations pour prendre cette présidence», a-t-il affirmé. Toutefois, l'ambassadeur des Etats-Unis Robert Wood a protesté vivement contre ce choix, menaçant lors de son intervention, d'empêcher «la Syrie de prendre des initiatives qui iraient à l'encontre des intérêts des Etats-Unis» et promettant de «modifier la nature» de la présence américaine dans les séances plénières. Parlant au nom de l'Union européenne, la représentante bulgare a jugé, de son côté, «hautement regrettable que la Syrie assume cette présidence même pour un mois».

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha