Prévisions pour le 15 Decembre 2018

 Adrar Min 7 °C Max 17 °C
32
 Laghouat Min 5 °C Max 12 °C
32
 Batna Min 2 °C Max 9 °C
12
 Biskra Min 8 °C Max 18 °C
23
 Tamanrasset Min 6 °C Max 21 °C
34
 Tlemcen Min 4 °C Max 13 °C
30
 Alger Min 8 °C Max 16 °C
30
 Saïda Min 3 °C Max 12 °C
30
 Annaba Min 12 °C Max 16 °C
11
 Mascara Min 3 °C Max 14 °C
30
 Ouargla Min 10 °C Max 17 °C
32
 Oran Min 8 °C Max 17 °C
30
 Illizi Min 5 °C Max 16 °C
32
 Tindouf Min 10 °C Max 20 °C
32
 Khenchela Min 1 °C Max 8 °C
39
 Mila Min 8 °C Max 13 °C
39
 Ghardaïa Min 7 °C Max 15 °C
32
Accueil |Internationale |

RÉAGISSANT À UNE DÉCLARATION DU PRÉSIDENT MACRON À BFMTV

Riyadh dément que Saad Hariri ait été retenu

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Dans un entretien diffusé vendredi par la chaîne française BFMTV, M. Macron avait rappelé qu'il s'était arrêté à Riyadh en novembre pour «convaincre» le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane et qu'ensuite, il avait «invité» M. Hariri à venir à Paris.
L'Arabie saoudite a démenti hier que le Premier ministre libanais Saad Hariri ait été retenu pendant plusieurs semaines en novembre dans le royaume, comme l'a affirmé le président français Emmanuel Macron. Dans un entretien diffusé vendredi par la chaîne française BFMTV, M. Macron avait rappelé qu'il s'était arrêté à Riyadh en novembre pour «convaincre» le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane et qu'ensuite, il avait «invité» M. Hariri à venir à Paris. Tout cela a fait que «le Liban est sorti d'une crise grave où, je le rappelle, un Premier ministre était retenu en Arabie saoudite depuis plusieurs semaines», avait ajouté le président français.
Hier, un porte-parole du ministère saoudien des Affaires étrangères, cité par l'agence officielle SPA, a démenti que M. Hariri ait été retenu contre son gré. «Ce qui a été dit par le président français lors de son entretien avec BFMTV, que le royaume (saoudien) a retenu le Premier ministre Saad Hariri n'est pas vrai», a-t-il déclaré. Riyadh «continue de soutenir la stabilité et la sécurité du Liban et soutient son Premier ministre avec tous les moyens», a-t-il dit en dénonçant au passage «l'Iran et ses agents, comme les milices terroristes du Hezbollah, qui sont impliquées dans l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri et de citoyens français au Liban». Le porte-parole a enfin réitéré la volonté du royaume saoudien de
«travailler avec le président français Macron pour faire face aux forces du chaos et de la destruction dans la région, à la tête desquelles se trouvent l'Iran et ses agents».
Le 4 novembre dernier, Saad Hariri avait annoncé de manière abrupte sa démission depuis l'Arabie saoudite, suscitant de vives interrogations dans la classe politique au Liban sur le point de savoir s'il y avait été contraint par le prince Mohammed et s'il était libre de ses mouvements. Deux semaines plus tard, il était finalement arrivé en France. Entretemps, après avoir inauguré le 8 novembre, le musée du Louvre à Abou Dhabi, M. Macron avait fait une escale impromptue à Riyadh pour mener une médiation à laquelle avait aussi participé son ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha