Prévisions pour le 22 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
30
 Biskra Min 20 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 20 °C Max 29 °C
30
 Tlemcen Min 17 °C Max 27 °C
32
 Alger Min 19 °C Max 27 °C
34
 Saïda Min 16 °C Max 28 °C
32
 Annaba Min 22 °C Max 26 °C
4
 Mascara Min 15 °C Max 29 °C
32
 Ouargla Min 24 °C Max 32 °C
30
 Oran Min 20 °C Max 30 °C
34
 Illizi Min 22 °C Max 36 °C
30
 Tindouf Min 24 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 14 °C Max 22 °C
39
 Mila Min 17 °C Max 27 °C
12
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
34
Accueil |Internationale |

SUD-SOUDAN: SALVA KIIR ET RIEK MACHAR SIGNENT UN ACCORD DE PAIX À KHARTOUM

Enfin un pas vers la réconciliation

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
La cérémonie de signatureLa cérémonie de signature

Afin de conférer à cet événement la dimension qu'il mérite, les autorités soudanaises ont convié les médias nationaux et internationaux à la signature de l'accord entre les deux parties sud-soudanaises qui ont exprimé dès les premiers instants leur aspiration à trouver un terrain d'entente...

Pressés et portés tous deux par les autorités soudanaises, le président sud-soudanais Salva Kiir et son rival Riek Machar, ont signé, hier, à Khartoum, un accord de paix qui comprend immédiatement un cessez-le-feu permanent à mettre en oeuvre d'ici 72 heures ainsi que la libération de tous les détenus et prisonniers des deux camps, au terme d'intenses pourparlers de paix menés sans relâche depuis lundi dernier sous la médiation des dirigeants du Soudan qui entendent mettre fin à un conflit qui ravage le Sud-Soudan depuis 2013 et impacte le pays voisin où se concentrent plusieurs millions de réfugiés fuyant les exactions de part et d'autre.
L'accord a été signé par le président sud-soudanais Salva Kiir et son rival Riek Machar hier matin, au palais présidentiel de Khartoum, sous le regard attentif du président soudanais Omar el-Bachir qui aura veillé personnellement à ce que les deux protagonistes consentent enfin à enterrer la hache de guerre. «Toutes les parties se sont entendues sur un cessez-le-feu permanent qui entrera en vigueur sous 72 heures», a ainsi annoncé, juste après la signature, le ministre des Affaires étrangères soudanais
Al-Dirdiri Mohamed Ahmed.
Le document intitulé «Accord de Khartoum pour la paix au Soudan du Sud» contient plusieurs dispositions visant à garantir et à instaurer une paix durable dans ce pays, ruiné par un conflit dont les causes sont multiples mais dues principalement à des ambitions personnelles. Il semble que les deux parties aient consenti enfin des efforts pour un retrait complet de leurs troupes qui devront être rassemblées dans des zones précises. L'accord s'adresse en outre à l'Union africaine ainsi qu' à l'Autorité intergouvernementale pour le développement en Afrique de l'Est (Igad) invitées à déployer leurs forces au Soudan du Sud pour surveiller les conditions d'application de l'accord de cessez-le-feu et de son respect par les deux camps.
D'ores et déjà, il y aura l'entrée en vigueur d'une période de transition de 120 jours, à partir de la date de signature du document de Khartoum, pour une période maximale de 36 mois, à la faveur de laquelle seront préparées des élections générales impliquant toutes les parties du pays.
On note aussi, et c'est un point important, le consensus obtenu des deux parties signataires quant à la protection et à la sécurisation des champs pétroliers dans le pays, placés d'après le texte sous la responsabilité exclusive des autorités du Soudan du Sud. C'est ainsi que le gouvernement de Juba est chargé de leur remise en état et de leur réhabilitation afin de permettre à terme la reprise de la production. Mardi soir, le MAE soudanais se félicitait d'une avancée importante dans les négociations et prédisait même la possible conclusion d'un «accord historique» entre les deux rivaux qui seraient résolus à emprunter le chemin de la concorde civile. Afin de conférer à cet événement la dimension qu'il mérite, les autorités soudanaises ont convié les médias nationaux et internationaux à la signature de l'accord entre les deux parties sud-soudanaises qui ont exprimé dès les premiers instants leur aspiration à trouver un terrain d'entente pour mettre fin au conflit qui mine le pays depuis cinq ans. Ces pourparlers organisés tambour battant à Khartoum représentent en fait la conclusion attendue d'une série de négociations antérieures entre les deux camps se sachant sous la menace d'une pluie de sanctions internationales, à la fois de la part des grandes puissances, de l'ONU et de l' Union africaine qui leur ont laissé une dernière chance d'éviter encore un échec du processus politique. L'Union africaine avait d'ailleurs appelé les deux dirigeants rivaux à conclure un «réel accord» et mettre fin aux hostilités qui sont à l'origine d'une situation humanitaire catastrophique, faute de quoi ils devaient en assumer toutes les conséquences.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha