Prévisions pour le 22 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
30
 Biskra Min 20 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 20 °C Max 29 °C
30
 Tlemcen Min 17 °C Max 27 °C
32
 Alger Min 19 °C Max 27 °C
34
 Saïda Min 16 °C Max 28 °C
32
 Annaba Min 22 °C Max 26 °C
4
 Mascara Min 15 °C Max 29 °C
32
 Ouargla Min 24 °C Max 32 °C
30
 Oran Min 20 °C Max 30 °C
34
 Illizi Min 22 °C Max 36 °C
30
 Tindouf Min 24 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 14 °C Max 22 °C
39
 Mila Min 17 °C Max 27 °C
12
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
34
Accueil |Internationale |

LE SAHEL ATTEND PLUS QUE DE L'AIDE ALIMENTAIRE

Entre la faim et la violence

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le quartier général de la force antiterroriste au SahelLe quartier général de la force antiterroriste au Sahel

Seulement 118 millions de dollars, sur les 285 millions prévus pour le Sahel, cette année, ont été reçus à ce jour de la communauté internationale: «Insuffisant» selon le coordonnateur du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies pour le Sahel.

Le Sahel et une partie de l'Afrique subsaharienne ont faim, mais attendent plus que de l'aide alimentaire d'urgence: les populations voudraient développer leur propre «résilience», agricole et sociétale, face aux défis cumulés du changement climatique et de la violence. Dans les cinq pays du Sahel (Mauritanie, Niger, Tchad, Burkina Faso et Mali), six millions de personnes ont besoin d'assistance alimentaire immédiate, soit 40% de plus qu'en 2017 à la même époque, déclare William Affif, coordonnateur des réponses d'urgence pour le Sahel du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies. Sur ce total, le PAM considère que 3,5 millions de personnes sont «prioritaires» pour recevoir une aide alimentaire.
Or seulement 118 millions de dollars sur les 285 millions prévus pour le Sahel cette année ont été reçus à ce jour de la communauté internationale: «Insuffisant» selon le responsable, «car en plus de l'aide d'urgence, nous devons enchaîner avec le programme de résilience». Il se déclare «inquiet» du manque de prise de conscience du besoin d'investissement dans des domaines comme la santé et l'éducation, notamment des filles, «qui permettent aux populations de se fixer», et ainsi de ne pas grossir les flots de migration vers les centres urbains ou les pays étrangers.
Au Mali, «beaucoup d'écoles ont fermé», dit-il. «Les instituteurs ont peur de la violence qui se développe, c'est la même chose pour beaucoup de centres de santé», ajoute ce responsable. Au Niger, le gouvernement a lancé depuis 2012 le programme 3N «les Nigériens nourrissent les Nigériens» soutenu par les bailleurs de fonds internationaux, qui passe par une transformation rurale du pays, afin de réduire la fréquence des déficits céréaliers et fourragers. Le ministre de l'Agriculture et de l'élevage du Niger, Albadé Abouba, a présenté cette initiative cette semaine à Châlons-en-Champagne, dans l'est de la France, lors d'un forum consacré à l'avenir de l'agriculture mondiale face au changement climatique, avec experts, ONG et politiques.
Pour développer l'agriculture dans des zones aussi arides, les besoins portent surtout sur des aides techniques et logistiques. Premier objectif, la réduction du gaspillage alimentaire. Cela peut sembler paradoxal, mais une grosse partie des (maigres) récoltes dans cette région dumonde est perdue, mal stockée, asséchée, attaquée par les rats. Ou détruite par manque de moyen de transport ou de chaîne du froid en état de marche. «Il y a des besoins de construction de greniers communautaires ou de greniers individuels à base de containers qui préservent les récoltes», souligne M. Affif.
D'autres besoins sont liés à la fertilisation et à l'énergie. Outre les engrais traditionnels, chers, certains pays de la zone veulent développer leur indépendance en la matière. Le fonds international de développement agricole (FIDA) a ainsi financé pour 11.000 foyers au Mali un réseau de biodigesteurs, qui fabriquent du compost et du biogaz à partir d'excréments animaux et de «biomasse», a indiqué Stephane Mousset, directeur du FIDA. Néanmoins, dans la région, les sécheresses se suivent et s'accumulent, rendant l'agriculture et la production alimentaire précaire et fragile.
Pour attirer l'attention, les directeurs exécutifs des trois agences de l'Onu (PAM, FIDA et FAO, l'organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture) chargées de l'aide alimentaire et agricole, vont se rendre ensemble au Sahel à la mi-août, a indiqué le ministre de l'Agriculture du Niger. Parmi les éléments d'optimisme, le développement rapide des technologies de communication mobile en Afrique permet d'accélérer la «résilience» alimentaire. «Avec le développement des applications et des nouvelles technologies, le modèle des fermes-usines industrielles est dépassé (en Afrique), puisque nous pouvons désormais mettre en relation les petits producteurs et les consommateurs via les plateformes», dit Rafael Flor, directeur du bureau kényan de la fondation américaine Rockefeller Fondation.
Autre élément d'optimisme, même s'il ne s'agit pas à strictement parler du Sahel, mais du sud du Burkina Faso: c'est l'exemple de Bobo Dioulasso, l'une des principales villes du Burkina, où se développe l'agriculture urbaine.»Au bout de 10 ans, on peut dire que 80% des Bobolais sont devenus agriculteurs, avec le développement du maraîchage, de l'arboriculture, du petit élevage, et maintenant de l'apiculture», explique Soumaïla N'Diaye, ingénieur chargé de développement local à la commune de Bobo Dioulasso....

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha