Prévisions pour le 25 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 25 °C
30
 Biskra Min 21 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 22 °C Max 30 °C
23
 Tlemcen Min 16 °C Max 27 °C
32
 Alger Min 21 °C Max 26 °C
34
 Saïda Min 18 °C Max 29 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
34
 Mascara Min 16 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 34 °C
32
 Oran Min 21 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 24 °C Max 36 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 33 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 24 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 26 °C
30
 Ghardaïa Min 20 °C Max 31 °C
32
Accueil |Internationale |

RÉQUISITOIRE DU QATAR CONTRE LES EMIRATS DEVANT LA CIJ

Doha réclame "des actions urgentes"

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Doha réclame

En juin 2017, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis (EAU), Bahreïn et l'Égypte avaient coupé tous leurs liens avec le Qatar, qu'ils accusaient de «financer le terrorisme» et de soutenir l'Iran, malgré les démentis de Doha qui s'est vu imposer des mesures punitives.

Les Emirats arabes unis ont répandu «un climat de peur» parmi les ressortissants du Qatar qui vivent sur leur territoire, séparant les familles et causant des «souffrances importantes», a affirmé hier devant la Cour internationale de Justice (CIJ) à La Haye l'avocat du Qatar. «De nombreux Qataris qui résident encore aux Emirats arabes unis vivent dans une peur permanente, ils vivent sous la menace d'une expulsion», a déclaré l'avocat britannique Lord Peter Goldsmith, qui défend la partie qatarie. Doha a porté devant la CIJ son différend avec les Émirats arabes unis, qu'il accuse de «violations des droits de l'homme» après le «blocus» imposé à Doha l'an dernier.
En juin 2017, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis (EAU), Bahreïn et l'Égypte avaient coupé tous leurs liens avec le Qatar, qu'ils accusaient de «financer le terrorisme» et de soutenir l'Iran, malgré les démentis de Doha qui s'est vu imposé des mesures punitives. La compagnie aérienne Qatar Airways avait été interdite d'emprunter l'espace aérien de ces pays et sa seule frontière terrestre, avec l'Arabie saoudite, avait été fermée, tandis que les Qataris avaient été sommés de partir.
Me Goldsmith a déclaré aux juges que les lignes téléphoniques que les Emirats avaient mis en place pour aider les Qataris à comprendre les restrictions auxquelles ils étaient soumis étaient en réalité liées à la police d'Abu Dhabi.
Les Qataris étaient «trop effrayés pour appeler cette assistance téléphonique pour enregistrer leur présence ou celle de leur famille par crainte de représailles», a-t-il plaidé. Il a aussi dénoncé les complications auxquelles font face les Qataris pour voyager. Ainsi, une Qatarie qui a besoin de suivre régulièrement un traitement médical à Beyrouth «risque», à chaque fois qu'elle s'y rend, «de ne pas pouvoir retrouver sa famille» aux Emirats, a-t-il expliqué.
Doha demande à la CIJ d'ordonner des mesures urgentes pour que les Emirats «cessent immédiatement et s'abstiennent des violations des droits de l'homme des Qataris», a déclaré le représentant du Qatar Mohammed Abdulaziz Al-Khulaifi. Les efforts diplomatiques, et tout particulièrement ceux entrepris par l'émir du Koweit qui a multiplié les missions de bons offices, n'ont pu apaiser jusqu'ici les tensions entre le Qatar et ses voisins, qui ont rendu le Conseil de coopération du Golfe, composé de six pays, pratiquement obsolète.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha