Prévisions pour le 18 Juillet 2018

 Adrar Min 32 °C Max 45 °C
34
 Laghouat Min 25 °C Max 40 °C
30
 Batna Min 21 °C Max 37 °C
34
 Biskra Min 26 °C Max 42 °C
34
 Tamanrasset Min 23 °C Max 33 °C
32
 Tlemcen Min 18 °C Max 30 °C
32
 Alger Min 21 °C Max 33 °C
32
 Saïda Min 24 °C Max 39 °C
34
 Annaba Min 20 °C Max 29 °C
32
 Mascara Min 17 °C Max 33 °C
32
 Ouargla Min 31 °C Max 44 °C
34
 Oran Min 22 °C Max 31 °C
32
 Illizi Min 26 °C Max 40 °C
32
 Tindouf Min 28 °C Max 43 °C
32
 Khenchela Min 21 °C Max 38 °C
34
 Mila Min 18 °C Max 41 °C
34
 Ghardaïa Min 30 °C Max 42 °C
30
Accueil |Internationale |

LIBYE

A "J" moins trois, les organisateurs du Black-out Festival ont tenu à animer un point de presse pour rendre compte en toute transparence des préparatifs de cette nouvelle édition qui se veut plutôt spéciale et qui se tiendra cette année à l'esplanade du c

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le maréchal Haftar avait annoncé fin juin, qu'il livrait la gestion des installations pétrolières sous son contrôle aux autorités parallèles, après que ses forces ont chassé des groupes rivaux des terminaux de Ras Lanouf et al-Sedra, dans la région du Croissant pétrolier (nord-est).

La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC), reconnue par la communauté internationale, a annoncé hier avoir repris la gestion des terminaux pétroliers dans l'est du pays, annonçant la reprise des exportations. Le maréchal Khalifa Haftar a rendu les terminaux pétroliers à la NOC basée à Tripoli, deux semaines après sa décision de remettre ces sites aux autorités parallèles de l'est, qui avait provoqué la suspension des exportations, selon un communiqué de la compagnie. «La NOC annonce la levée de l'état de force majeure dans les ports de Ras Lanouf, al-Sedra, al-Hariga et Zouetina après la remise des installations à la compagnie ce matin 11 juillet 2018. Les opérations de production et d'exportation reprendront à leurs niveaux normaux dans les prochaines heures», a précisé la compagnie dans un communiqué.
Invoqué dans des circonstances exceptionnelles, l'état de «force majeure» permet une exonération de la responsabilité de la NOC en cas de non-respect des contrats de livraison de pétrole. Après les terminaux d'al-Sedra et Ras Lanouf, pour lesquels les exportations sont gelées depuis le 14 juin en raison de violences, la NOC avait arrêté également ses opérations dans Zoueitina et al-Hariga. Le maréchal Haftar avait annoncé fin juin qu'il livrait la gestion des installations pétrolières sous son contrôle aux autorités parallèles, après que ses forces ont chassé des groupes rivaux des terminaux de Ras Lanouf et al-Sedra, dans la région du Croissant pétrolier (nord-est). Pour justifier sa décision, il a indiqué qu'une partie des revenus du pétrole servait à financer des groupes armés, dont ceux qui ont attaqué les terminaux pétroliers en juin avant d'être chassés des sites pétroliers par les forces du maréchal Haftar. La Libye est prise dans l'étau des ambitions et des intérêts contradictoires des milices armées, d'une part, et dans le bras de fer qui oppose le gouvernement d'union national conduit par Fayez al Serraj et celui des «autorités de l'est» appuyé»es par le maréchal Haftar. Malgré les multiples tentatives de réconciliation dont la toute dernière a eu lieu à Paris, sous l'égide des Nations Unies, en prévision de la tenue des élections législatives et présidentielle avant la fin de l'année courante, ces rivalités persistent et ont même tendance à s'aggraver, de sorte que l'organisation du scrutin paraît pour le moins hypothétique. La médiation onusienne, soutenue avec constance par la diplomatie algérienne, notamment, s'emploie à aplanir toutes ces difficultés, dans le cadre du dialogue inclusif seul à même de permettre au peuple libyen de s'affranchir d'une situation dramatique qui dure depuis 2011.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha