Prévisions pour le 17 Octobre 2018

 Adrar Min 19 °C Max 30 °C
32
 Laghouat Min 11 °C Max 18 °C
12
 Batna Min 10 °C Max 16 °C
11
 Biskra Min 17 °C Max 26 °C
47
 Tamanrasset Min 18 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 10 °C Max 16 °C
11
 Alger Min 15 °C Max 21 °C
47
 Saïda Min 11 °C Max 17 °C
39
 Annaba Min 18 °C Max 22 °C
4
 Mascara Min 11 °C Max 19 °C
39
 Ouargla Min 17 °C Max 24 °C
34
 Oran Min 17 °C Max 22 °C
39
 Illizi Min 21 °C Max 36 °C
32
 Tindouf Min 15 °C Max 29 °C
23
 Khenchela Min 10 °C Max 17 °C
11
 Mila Min 14 °C Max 18 °C
11
 Ghardaïa Min 14 °C Max 22 °C
23
Accueil |Internationale |

IRAN

Feu vert à la libération de deux leaders réformateurs

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le Conseil suprême iranien pour la sécurité nationale a approuvé la fin des mesures de résidence surveillée imposées depuis 2011 à deux figures du mouvement réformateur en Iran, Mir Hossein Moussavi et Mehdi Kharoubi, a indiqué un proche à un média local. «J'ai entendu que la décision de mettre fin aux mesures de résidence surveillée a été approuvée par le Conseil suprême pour la sécurité nationale «, a déclaré Hossein Kharoubi, fils de Mehdi Kharoubi, au site d'information Kalameh qui est proche de leur famille.
Selon le fils de M. Kharoubi, le Conseil suprême pour la sécurité nationale a aussi accepté de lever les restrictions imposées à l'ancien président réformateur Mohammad Khatami (1997-2005). Les médias ont interdiction de montrer son visage et ce dernier subit également des restrictions dans ses mouvements.
Cette décision doit encore recevoir l'approbation du Guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, avant d'entrer en vigueur. Ce dernier aura dix jours pour la confirmer ou s'y opposer. La décision du Conseil suprême n'a pas été confirmée de source officielle. L'Iran cherche à créer un front uni entre conservateurs et réformateurs face aux pressions croissantes des Etats-Unis et de leur président Donald Trump contre ce pays du Moyen-Orient.
Mir Hossein Moussavi, 66 ans, et Mehdi Kharoubi, 80 ans, ont été candidats pour le mouvement réformateur à l'élection présidentielle de 2009. Ils avaient pris la tête de la contestation contre la réélection de l'ex-président Mahmoud Ahmadinejad, en dénonçant des fraudes massives, ce qui leur avait valu en 2011 d'être placés en résidence surveillée. Les manifestations qui avaient alors réuni des centaines de milliers de personnes avaient été considérées comme une «sédition» par le Guide suprême iranien. Leur régime de résidence surveillée a été légèrement allégé respectivement en août 2017 pour M. Kharoubi et en janvier 2018 pour M. Moussavi. Le président iranien Hassan Rohani a promis à plusieurs reprises durant ses campagnes électorales de lever l'assignation à résidence de MM. Moussavi et Kharoubi s'il était élu.
M. Rohani est à la tête du Conseil pour la sécurité nationale qui compte aussi des représentants militaires et gouvernementaux. Le gouvernement qu'il dirige a besoin d'un consensus le plus large possible au moment où les sanctions américaines vont s'appliquer, aggravant la situation socio-économique déjà difficile que traverse le pays et qui a suscité ces derniers mois des protestations et des manifestations de plus en plus nombreuses.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha