Prévisions pour le 22 Aout 2018

 Adrar Min 31 °C Max 42 °C
32
 Laghouat Min 20 °C Max 32 °C
30
 Batna Min 13 °C Max 28 °C
34
 Biskra Min 21 °C Max 33 °C
34
 Tamanrasset Min 26 °C Max 34 °C
30
 Tlemcen Min 18 °C Max 28 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 30 °C
32
 Saïda Min 18 °C Max 31 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 29 °C
30
 Mascara Min 17 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 27 °C Max 37 °C
12
 Oran Min 22 °C Max 26 °C
32
 Illizi Min 27 °C Max 38 °C
34
 Tindouf Min 26 °C Max 42 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 26 °C
34
 Mila Min 15 °C Max 30 °C
34
 Ghardaïa Min 25 °C Max 35 °C
30
Accueil |Internationale |

SANCTIONS AMÉRICAINES CONTRE TÉHÉRAN

L'obsession iranienne de Trump

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Si la montée en puissance de l'Iran inquiète les monarchies du Golfe et à leur tête l'Arabie saoudite, elle alarme encore plus Israël, seule puissance nucléaire de la région, qui a tôt fait de s'affubler des haillons de la victime.

Tout au long de sa campagne électorale, quand il ne tirait pas à boulets rouges sur sa rivale démocrate Hillary Clinton, Donald Trump pourfendait avec allégresse l'accord sur le nucléaire iranien «l'un des pires conclus par les Etats-Unis» assénait-il à chacune des étapes. Ainsi, se posait-il d'emblée comme le détracteur le plus virulent de cet accord et le procureur le plus acharné contre l'Iran. C'est donc en toute logique qu'une fois élu, il s'est employé à déchirer en mai 2018 le document engageant les Etats-Unis et il s'emploie depuis à imposer à Téhéran de nouvelles «négociations» qui concerneraient non seulement le nucléaire mais aussi et surtout le programme balistique et l'activisme politique dans la région du Moyen-Orient.Si la montée en puissance de l'Iran inquiète les monarchies du Golfe et à leur tête l'Arabie saoudite, elle alarme encore plus Israël, seule puissance nucléaire de la région, qui a tôt fait de s'affubler des haillons de la victime pour mieux s'assurer de la mise au pas d'un pays musulman qui risque un jour ou l'autre, de peser dans la question palestinienne et, principalement, d'El Qods. Or, le plan opiniâtrement suivi et concrétisé pas à pas par le gouvernement Netanyahu, soutenu financièrement par des lobbies américains comme celui du gendre de Donald Trump, Jared Kushner, devenu conseiller à la Maison-Blanche et, comble du ridicule, négociateur d'un prétendu «plan de paix» entre Israéliens et Palestiniens par Saoudiens interposés, vise clairement à anéantir toute perspective d'émergence d'un Etat palestinien. Netanyahu veut et travaille férocement à une mainmise sioniste non seulement sur El Qods, dans sa globalité, mais aussi sur l'ensemble des territoires occupés où se propagent, telle une métastase sioniste les colonies israéliennes financées par Jared Kushner et d'autres.
Dès le 16 août 2015, en pleine campagne électorale, le candidat Trump assure que l'accord n'empêchera pas l'Iran de se doter de l'arme nucléaire et qu'à ce titre il est à ses yeux nul et non avenu. «Ils seront une nation tellement riche, une nation tellement puissante qu'ils auront l'arme nucléaire. Ils vont prendre le contrôle de parties du monde dont on n'a pas idée et je pense que cela va mener à un holocauste nucléaire», disait-il avec un accent qui rappelle par bien des aspects les diatribes de Georges Bush contre l'Irak devenu à cette époque la quatrième armée du monde? Preuve que le ridicule n'a jamais fait peur aux dirigeants américaines qui l'assument avec aplomb. «Ma priorité numéro un est de démanteler l'accord», a ensuite promis Trump, un 22 mars 2016, hôte de la convention annuelle du groupe de pression américain agissant pour le compte d'Israël, Aipac, devant laquelle défilent et s'inclinent tous les candidats à la présidentielle. «Cet accord est catastrophique pour l'Amérique, pour Israël et pour tout le Moyen-Orient». «Nous allons totalement démanteler le réseau mondial terroriste de l'Iran qui est imposant et puissant, mais pas aussi puissant que nous», concluait l'homme qui allait bénéficier des faveurs de l'Etat hébreu et de ses financiers occultes. Ainsi, la messe était dite.
Le 1er février 2017, dix jours exactement après l'entrée en fonction de Donald Trump, un communiqué de la Maison-Blanche stigmatise «le comportement déstabilisateur» de l'Iran, notamment les tirs de missiles balistiques «provocateurs» effectués par Téhéran. «L'Iran joue avec le feu. Ils ne se rendent pas compte à quel point le président Obama avait été gentil'' avec eux. Pas moi!», tweete le 3 février le président américain qui fera de son téléphone portable une arme de tous les instants, utilisée à tort et à travers. La boucle sera bouclée le 21 mai 2017, à Riyadh, quand le président Trump, son épouse, sa fille Ivanka et son gendre Jared Kushner, couverts d'or et de congratulations, achèveront une visite triomphale consacrée pour l'essentiel à une stratégie contre l'Iran, qualifié d'Etat-voyou par Donald Trump convaincu que «le temps du changement est venu». Mais depuis le début de l'année en cours, peut-être ulcéré par le refus de son homologue iranien Hassan Rohani de répondre à ses 8 propositions de rencontre informelle, Trump alterne les critiques contre un «régime brutal et corrompu» et des appels du pied pour des discussions autour d'un nouvel «accord global» qu'il voudrait conforme à ses voeux et surtout à ceux de Benyamin Netanyahu. A ce jour, Téhéran considère qu'il «n'y a rien à attendre de Trump» et de son administration.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha