DÉFENSE EUROPÉENNE

Londres perd Atalante, partagée entre l'Espagne et la France

L'Espagne s'est associée à la France pour reprendre le commandement d'Atalante, actuellement installé sur la base britannique de Northwood, au nord de Londres, où sont basés une centaine d'employés. L'état-major opérationnel de la Force navale de l'UE (EU Navfor) sera installé à Rota (sud de l'Espagne).

Alors que le président français Emmanuel Macron presse les pays de l'UE afin d'organiser une défense européenne indépendante des Etats-Unis et donc de l'Otan, l'Union européenne a décidé de reprendre au Royaume-Uni le commandement d'Atalante, l'opération européenne de lutte contre la piraterie dans la Corne de l'Afrique, et de le transférer après le Brexit, fin mars 2019, sur la base navale espagnole de Rota, avec un centre détaché à Brest (France).
Le vice-amiral espagnol Antonio Martorell Lacave a été nommé à la tête de l'opération et succédera le 29 mars 2019 au général de division britannique Charlie Stickland, précise un communiqué publié hier. Le mandat d'Atalante a été prolongé jusqu'au 31 décembre 2020 et un budget de 11,77 millions d'euros lui a été alloué pour la période allant du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2020.
«Je travaille déjà en étroite collaboration avec le vice-amiral Antonio Martorell Lacave et c'est mon rôle de veiller à ce que cette opération reste un exemple en matière de politique de sécurité et de défense commune», a expliqué le général Stickland dans un autre communiqué.
L'Espagne s'est associée à la France pour reprendre le commandement d'Atalante, actuellement installé sur la base britannique de Northwood, au nord de Londres, où sont basés une centaine d'employés. L'état-major opérationnel de la Force navale de l'UE (EU Navfor) sera installé à Rota (sud de l'Espagne), qui va devenir le cinquième quartier général opérationnel de l'UE. Le Centre de sécurité maritime sera transféré à l'Arsenal de Brest (ouest de la France). L'Italie était également candidate pour reprendre le commandement d'Atalante, mais son offre n'a pas été retenue.
L'Espagne s'affirme ainsi comme un des acteurs majeurs de la Défense européenne. Elle a d'ailleurs confirmé sa participation au Groupe européen d'intervention lancé par la France, contrairement au gouvernement populiste italien. Lancée en 2008, l'opération Atalante contribue à la prévention et à la répression des actes de piraterie et de vols à main armée au large des côtes de la Somalie. «L'opération s'inscrit dans le cadre de l'approche globale de l'UE visant à aider la Somalie à devenir un pays pacifique, stable et démocratique», a souligné l'UE. L'Italie, l'Allemagne et l'Espagne ont actuellement des navires et des appareils de surveillance déployés sur zone. Ils assurent notamment la protection des bateaux affrétés par le Programme alimentaire mondial et contribuent à la surveillance des activités de pêche au large des côtes somaliennes où opère une importante flottille sous pavillon espagnol.
La décision annoncée lundi avait fait l'objet d'un accord politique lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE le 25 juin.