LE PRÉSIDENT ERDOGAN L'A RÉAFFIRMÉ HIER

La Turquie "a besoin" des S-400 russes

Ces déclarations surviennent alors que les relations entre la Turquie et les Etats-Unis se sont fortement tendues ces dernières semaines et que Washington a dit sa préoccupation de voir Ankara, membre de l'Otan, s'équiper en armements russes.

La Turquie «a besoin» des systèmes de défense anti-aériens russes S-400 et en prendra bientôt possession, a déclaré hier le président Recep Tayyip Erdogan, sur fond de tensions avec Washington qui menace de bloquer la livraison d'avions de combat à Ankara. «La Turquie a besoin des S-400. L'accord à ce sujet est terminé et, si Dieu le veut, nous les obtiendrons dans les plus brefs délais», a déclaré M. Erdogan lors d'une cérémonie de remise des diplômes à des élèves sous-officiers à Balikesir (ouest). Ces déclarations surviennent alors que les relations entre la Turquie et les Etats-Unis se sont fortement tendues ces dernières semaines et que Washington a dit sa préoccupation de voir Ankara, membre de l'Otan, s'équiper en armements russes.
La Turquie et la Russie affirment qu'un accord a déjà été conclu et Ankara soutient que la livraison des S-400, un système antimissiles et de défense antiaérienne concurrent des Patriot américains, pourrait intervenir dès l'an prochain. Pour les Etats-Unis, l'acquisition des S-400 par la Turquie poserait un problème double: celui de la compatibilité avec les systèmes de l'Otan et celui de la protection des secrets technologiques de l'avion de combat américain F-35, qu'Ankara souhaite acheter et qui est censé pouvoir échapper aux S-400. La Turquie «a aussi besoin des F-35», a déclaré M. Erdogan hier.
Les Etats-Unis «les fourniront ou ne les fourniront pas. Je ne sais pas. S'ils les fournissent, ils montreront qu'ils tiennent leurs engagements», a poursuivi le président turc.
Les relations entre la Turquie et les Etats-Unis se sont fortement tendues ces dernières semaines en raison de l'incarcération puis du placement en résidence surveillée à Izmir (ouest) d'un pasteur américain accusé par Ankara d'»espionnage» et d'activités «terroristes». Ces tensions ont notamment précipité l'effondrement de la livre turque qui a perdu quelque 40% de sa valeur depuis le début de l'année. «Les efforts visant à provoquer l'écroulement des secteurs économique et militaire de la Turquie en raison d'un procès en cours à Izmir (...) sont absolument inexplicables», a déclaré M. Erdogan devant les sous-officiers fraîchement diplômés.