Prévisions pour le 21 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
30
 Biskra Min 20 °C Max 33 °C
32
 Tamanrasset Min 20 °C Max 28 °C
30
 Tlemcen Min 16 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 18 °C Max 26 °C
30
 Saïda Min 16 °C Max 25 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
47
 Mascara Min 15 °C Max 26 °C
30
 Ouargla Min 25 °C Max 33 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
34
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
32
 Tindouf Min 23 °C Max 34 °C
34
 Khenchela Min 14 °C Max 22 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 24 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 30 °C
30
Accueil |Internationale |

LES DÉCISIONS DE TRUMP DANS LE CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

Un parti pris "cruel et irresponsable"

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Outrés par l'alignement inconditionnel de Trump sur Netanyahu, les Palestiniens refusent tout contact avec l'administration américaine, lui déniant tout rôle de médiateur dans le processus de paix.

Du transfert de l'ambassade américaine à El Qods à l'arrêt par Washington des financements à l'agence onusienne pour les réfugiés palestiniens, voici un rappel des principales décisions et prises de position du président Donald Trump et de son administration dans le dossier israélo-palestinien.
- Silence sur les colonies: le 24 janvier 2017, la Maison-Blanche refuse de commenter l'annonce par Israël de la construction de 2.500 logements dans des colonies en Cisjordanie occupée, le plus important projet du genre depuis des années. Le président Trump, qui vient de prendre ses fonctions, «veut se rapprocher d'Israël», affirme son porte-parole. Le 15 février, recevant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, Donald Trump estime que «la solution à deux Etats» n'est pas la seule voie possible pour la paix. Le 27 mars, la nouvelle ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU, Nikki Haley, promet que le «dénigrement» d'Israël, c'est à dire toute critique, aux Nations unies est «terminé»...
- Trump devant le mur des Lamentations: le 3 mai, Donald Trump reçoit le président palestinien Mahmoud Abbas. «Nous voulons créer la paix entre Israël et les Palestiniens, nous y arriverons», lance-t-il, évasif sur les moyens pour y parvenir et le plan «miraculeux» qu'il compte imposer aux Palestiniens. Le 22 mai, il se recueille devant le mur des Lamentations, dans la Vieille ville d'El Qods occupée, une première pour un président américain, tandis que Benjamin Netanyahu annonce une aide militaire américaine accrue.
- «Prétendue occupation»: en septembre, l'ambassadeur américain en Israël David Friedman, «ami et conseiller de longue date» de Donald Trump, minimise «la prétendue occupation» israélienne en Cisjordanie et provoque la colère des Palestiniens.
- El Qods: le 6 décembre, Donald Trump reconnaît El Qods comme «capitale d'Israël», passant outre les mises en garde venues de toutes parts et marquant une rupture spectaculaire avec ses prédécesseurs. La décision déclenche la colère des Palestiniens et la réprobation de la communauté internationale. Les Palestiniens refusent depuis tout contact avec l'administration américaine, lui déniant tout rôle de médiateur dans le processus de paix.
- «Claque du siècle»: le 14 janvier 2018, Mahmoud Abbas qualifie l'offre de paix de Donald Trump de «claque du siècle», en référence à la volonté du président américain de présider à «l'accord ultime» entre Israéliens et Palestiniens.
- Chantage à l'aide de l'Unrwa: le 16 janvier, les Etats-Unis décident de «geler» plus de la moitié de leurs versements prévus à l'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), soit environ 65 millions de dollars. Washington assure hypocritement que cette décision n'est pas liée aux tensions sur El Qods. Les relations avec les Palestiniens se crispent davantage. Le 25 janvier, Donald Trump accuse les Palestiniens de «manquer de respect (aux Etats-Unis) en refusant de recevoir» le vice-président Mike Pence lors de sa tournée au Moyen-Orient. Il conditionne le versement aux Palestiniens de «centaines de millions de dollars» d'aide à la reprise des négociations.
- Ambassade américaine à Jérusalem: le 5 mars, Donald Trump reçoit à nouveau Benjamin Netanyahu à la Maison-Blanche et affirme que la relation entre Etats-Unis et Israël n'a «jamais été aussi bonne». Le 14 mai, le transfert de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem coïncide avec un bain de sang dans la bande de Ghaza, où une soixantaine de Palestiniens sont tués par des tirs israéliens. Le 1er juin, les Etats-Unis mettent leur veto aux Nations unies à un projet de résolution au Conseil de sécurité appelant à protéger les Palestiniens et, le 19 juin, annoncent leur retrait du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU (CDH), qu'ils accusent de «parti pris contre Israël». L'ancien négociateur en chef palestinien Saëb Erekat dénonce un «complot américano-israélien visant à liquider la cause palestinienne».
- Arrêt des financements: les Etats-Unis annoncent, le 24 août, l'annulation de plus de 200 millions de dollars d'aide puis décident d'arrêter le financement de l'Unrwa le 31 août. Cette décision est «cruelle et irresponsable», réplique une responsable de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Hanane Achraoui. D'ici fin septembre, l'agence «n'aura plus un sou», avait averti deux jours plus tôt le porte-parole de l'Unrwa, Chris Gunness.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha