RÉUNION DU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L'ONU DEMAIN SUR IDLIB

Mise en garde américaine sur les armes chimiques

Comme si le scénario était déjà parachevé, les Etats-Unis vont organiser demain une réunion du Conseil de sécurité sur la situation à Idlib. C'est ce qu' a annoncé mardi l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, tout en semblant accepter une offensive du régime syrien sous condition qu'elle se produise avec un armement conventionnel. «S'ils veulent continuer à reprendre le contrôle de la Syrie, ils peuvent le faire mais ils ne peuvent pas le faire avec des armes chimiques», a déclaré dans une conférence de presse Nikki Haley, en présentant la présidence américaine du Conseil de sécurité pour le mois de septembre. Par cette déclaration, la représentante américaine a semblé donner un feu vert à une offensive du régime syrien sur Idlib, qui semble imminente, sous condition qu'elle ne s'effectue pas au moyen d'armes chimiques. Or, le MAE russe Sergueï Lavrov a averti voici deux semaines de la préparation d'une mise en scène par les groupes terroristes d'une pseudo attaque chimique de l'armée syrienne et de ses alliés, opération montée, disent les renseignements russes, par les services spéciaux britanniques. Nikki Haley a rappelé les récents avertissements du président américain Donald Trump sur un éventuel recours à l'arme chimique par le régime syrien pour reprendre le contrôle de la province d'Idlib. «Soyons clairs, notre position, ferme, reste inchangée: si le président Bachar al-Assad décide d'utiliser une nouvelle fois des armes chimiques, les Etats-Unis et leurs alliés répondront rapidement et de façon appropriée», avait
indiqué plus tôt la Maison-Blanche dans un communiqué.