TUNISIE

La LTDH rejette le recours à la force et à la violence

La Ligue Tunisienne des Droits de l'Homme (LTDH) a rejeté, dimanche, le recours à la force et à la violence pour résoudre les litiges professionnels, après l'arrestation samedi de 26 ouvriers et ouvrières, en application de l'ordre judiciaire concernant l'ouverture de l'usine de biscuit à Oued Ellil (gouvernorat de Manouba) par la force publique, après un sit-in qui a duré quelques jours et qui a causé l'arrêt de la production, a rapporté l'agence tunisienne TAP.La LTDH a fait état, dans un communiqué rendu public dimanche, de sa solidarité avec les ouvriers qui revendiquent leurs droits à l'amélioration de leurs situations socio professionnelles, à l'exercice de leurs activités syndicales et au droit à la grève et au sit-in «sans nuire au droit d'autrui au travail», indique la TAP. «En dépit de la situation actuelle dans cette usine et des provocations, du harcèlement et des menaces dont font objet les ouvriers, les autorités sécuritaires et juridiques ne doivent pas être impliquées dans les conflits de travail et les conflits d'ordre syndical», a indiqué la LTDH.
Il convient de rappeler que le recours à la force pour permettre la reprise du travail a été autorisé par ordre de justice sur décision du parquet du Tribunal de première instance de la région de Manouba, souligne-t-on.