Prévisions pour le 20 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 38 °C
32
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
34
 Batna Min 14 °C Max 22 °C
47
 Biskra Min 20 °C Max 32 °C
30
 Tamanrasset Min 22 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 17 °C Max 25 °C
30
 Alger Min 20 °C Max 27 °C
4
 Saïda Min 16 °C Max 24 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 26 °C
4
 Mascara Min 16 °C Max 26 °C
30
 Ouargla Min 26 °C Max 35 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
30
 Illizi Min 23 °C Max 34 °C
30
 Tindouf Min 24 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 14 °C Max 21 °C
11
 Mila Min 18 °C Max 23 °C
4
 Ghardaïa Min 21 °C Max 31 °C
30
Accueil |Internationale |

APRÈS 25 ANS D'ILLUSIONNISME, LA DROITE ISRAÉLIENNE A ENTERRÉ OSLO

Les conséquences d'un stratagème

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Cette signature n'engage que celui qui y croit...Cette signature n'engage que celui qui y croit...

La politique de Netanyahu qui s'est d'emblée inscrite dans le sillage de celle de ses prédécesseurs, consistant à prêcher le faux pour assurer le vrai, aura permis à la colonisation juive d'atteindre des proportions jamais égalées.

Vingt-ècinq ans après la signature du premier traité d'Oslo qui devait entériner une paix virtuelle entre Israël et l'OLP de Yasser Arafat, que reste-t-il d'une politique qui aura constitué une véritable duperie, faite de mensonges, de traquenards et de fourberies répétées? Plus que jamais, Etat hébreu savoure les fruits de cette stratégie qui a consisté à entraîner les Palestiniens sur un terrain de sables mouvants dont ils paient aujourd'hui les dividendes sanglants. Conduit par le gouvernement le plus réactionnaire de son histoire, incarné au plus haut point par le Premier ministre Benjamin Netanyahu «digne» successeur d'Ariel Sharon qui fut le bourreau en titre du peuple palestinien, Israël aspire désormais à s'étendre sur l'ensemble des territoires occupés et à faire d'El Qods dans sa globalité sa «capitale éternelle».
Les dirigeants juifs semblent avoir complètement oublié que l' «éternité d'Israël» commence seulement en 1948 et que, durant tous les siècles qui ont précédé, leurs aïeuls ont végété dans diverses contrées, ne prospérant qu'à l'ombre de la civilisation arabo-musulmane, loin des pogroms européens.
La politique de Netanyahu qui s'est d'emblée inscrite dans le sillage de celle de ses prédécesseurs, consistant à prêcher le faux pour assurer le vrai, aura permis à la colonisation juive d'atteindre des proportions jamais égalées, de sorte qu'aujourd'hui le projet de paix avec les Palestiniens est enterré au plus profond de leur terre spoliée. Les chiffres sont à cet égard très éloquents. En 1993, lorsque le leader palestinien Yasser Arafat et le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin se serraient la main à la Maison-Blanche, il y avait 110.066 colons israéliens en Cisjordanie et 6.234 dans la bande de Ghaza, selon les chiffres de «la Paix maintenant», une ONG israélienne anticolonisation. Désormais, s'il n'y a plus de colons dans l'enclave de Ghaza d'où ils ont été déplacés en 2005, ils sont par contre plus de 600.000 à grignoter jour après jour des parcelles des territoires occupés où subsistent trois millions de Palestiniens en Cisjordanie et à El Qods-Est, où des dizaines d'entre eux succombent, chaque semaine, aux tirs galvanisés des soldats hébreux. De plus, c'est très ouvertement que des membres du gouvernement de Benjamin Netanyahu, et non des moindres, affichent aujourd'hui leur opposition intransigeante à un Etat palestinien, répudiant avec une virulence et un mépris sans égal les accords d'Oslo. Et c'est ce même gouvernement qui instrumentalise l'armée sioniste pour passer à la vitesse supérieure dans la confiscation des terres palestiniennes. Si jusqu'à ces derniers temps, la colonisation était rampante et insidieuse, elle devient, grâce au soutien enthousiaste du président américain Trump et de son administration, une conquête officielle et «légale» et non plus «sauvage» et «tolérée» par l'administration sioniste. Il faut dire que cela répond aux desiderata de puissants lobbies qui, à partir des Etats-Unis, travaillent de manière frénétique à transformer «irrémédiablement» le statut des territoires occupés et cela dans l'indifférence la plus complète, pour ne pas dire la complicité, des pays arabes du Golfe qui ont apporté leur obole à cet anéantissement de la cause palestinienne. Mais il reste un fait. Toutes les colonies juives dans les territoires occupés depuis juin 1967, sans distinction aucune, sont illégales au regard du droit international. Peu importe, dés lors, que la probabilité de parvenir à un accord qui scelle le respect de la légalité internationale soit trouvé sous l'administration Trump ou sous la prochaine administration démocrate. La seule conséquence de la politique actuelle menée par le duo Trump-Netanyahu sera que les Israéliens comme les Palestiniens vont continuer à vivre dans une insécurité permanente.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha