Prévisions pour le 21 Septembre 2018

 Adrar Min 26 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
30
 Biskra Min 19 °C Max 32 °C
32
 Tamanrasset Min 20 °C Max 28 °C
30
 Tlemcen Min 17 °C Max 25 °C
32
 Alger Min 17 °C Max 26 °C
30
 Saïda Min 15 °C Max 25 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 26 °C
47
 Mascara Min 15 °C Max 26 °C
30
 Ouargla Min 24 °C Max 33 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
30
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
32
 Tindouf Min 24 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 13 °C Max 22 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 25 °C
39
 Ghardaïa Min 21 °C Max 30 °C
30
Accueil |Internationale |

POUR HAFTAR, «L'ALGÉRIE ET LA LIBYE SE TROUVENT DANS LA MÊME TRANCHÉE»

Aucun malaise entre Alger et Tripoli

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Haftar, Salah Aguila et Fayez al Serraj sont les interlocuteurs d'AlgerHaftar, Salah Aguila et Fayez al Serraj sont les interlocuteurs d'Alger

Les dérives continuelles d'Al Jazeera sont connues et reconnues, depuis belle lurette, auquel cas on comprend mal comment des relations aussi «fraternelles» que «solides» entre les deux pays frères que sont l'Algérie et la Libye puissent souffrir de manoeuvres aussi basses.

Il aura suffi de quarante huit heures à peine pour voir le maréchal Khalifa Haftar ramer à contre-courant de ses déclarations bellicistes telles que diffusées par la chaîne qatarie Al Jazeera et quelques autres, déclarations dans lesquelles il mettait en garde l'Algérie et affichait sa détermination à «y transporter la guerre qui déchire la Libye voisine» au cas où l'incident d'une violation inconsciente du territoire libyen viendrait à se répéter. La tâche a échu à son porte-parole, le général Ahmed Al-Masmaoui, qui a expliqué, lors d'un point de presse, que «le Qatar cherche à créer un conflit entre l'Armée nationale libyenne dirigée par le maréchal autoproclamé et l'armée algérienne.»Toujours d'après le porte-parole de l'ANL dont les propos ont été rapportés, entre autres, par le quotidien arabophone El-Bilad, «des éléments de l'armée algérienne se trouvaient sur le territoire libyen» et en réponse aux explications exigées par Haftar, les autorités algériennes «ont indiqué que des éléments de la Gendarmerie nationale ont dépassé la frontière par inadvertance», explications assorties d'excuses circonstanciées. «Les relations entre la Libye et l'Algérie sont plus grandes que la chaîne Al-Jazeera et le Qatar», a tenu à souligner le général Ahmed al Masmaoui, qui a encensé du même coup l'objectif commun des armées algérienne et libyenne qu'est le combat contre le terrorisme islamiste. Pour le porte-parole du maréchal Haftar, «la Libye et l'Algérie sont liées par des liens sociaux et politiques et se trouvent dans la même tranchée». Il est plaisant de relever avec quelle promptitude la provocation d'un jour est devenue la sollicitation du lendemain. Les dérives continuelles d'Al Jazeera sont connues et reconnues, depuis belle lurette, auquel cas on comprend mal comment des relations aussi «fraternelles» que «solides» entre les deux pays frères que sont l'Algérie et la Libye puissent souffrir de manoeuvres aussi basses. La réaction ou plutôt l'absence de réaction de la diplomatie algérienne qui répond toujours à ce genre de provocations par un mépris «royal» aura justifié pleinement la qualité autant que la solidité de la position de notre pays dans la crise libyenne, à la fois en tant que partie prenante crédible et incontournable de la médiation onusienne et acteur décisif du rôle du Groupe des pays voisins, mandaté par l'Union africaine.
Ceux qui pensaient créer le malaise, voire la rupture, entre l'Algérie et la Libye, dans toutes ses composantes majeures, se trompent lourdement et n'ont certainement rien compris à la doctrine de notre pays qui oeuvre avec constance et discernement au retour de la paix partout où cela est possible et ne répond qu'avec une prudence extrême aux provocations quelles qu'elles soient. De là à penser que l'Algérie s'implique dans des différends qui minent des pays arabes ruinés par des querelles intestines dont la première conséquence est de les détourner de la cause palestinienne confrontée à une solution finale, c'est réellement mal connaître le dogme sur lequel est bâtie notre diplomatie, immuablement portée à transcender les querelles de circonstance pour ne privilégier que la paix et la sécurité dont les peuples, en général, et les pays frères, en particulier, ont grandement besoin. C'est ce qu'ont aussitôt compris les dirigeants libyens qui ont promptement remis les pendules à l'heure, écartant les tentatives sournoises de sape et les appels à la provocation sans lendemain. Ce faisant, ils ont clairement reconnu et salué le rôle de la diplomatie algérienne, depuis plusieurs années, dans la recherche d'une solution politique inclusive, fondée sur le dialogue avec toutes les parties et sur une stricte neutralité que renforce l'absence manifeste de calculs sordides, tant au plan politique qu'économique.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha