Prévisions pour le 17 Novembre 2018

 Adrar Min 14 °C Max 24 °C
30
 Laghouat Min 9 °C Max 16 °C
30
 Batna Min 4 °C Max 13 °C
11
 Biskra Min 11 °C Max 17 °C
12
 Tamanrasset Min 14 °C Max 25 °C
30
 Tlemcen Min 10 °C Max 16 °C
30
 Alger Min 12 °C Max 18 °C
47
 Saïda Min 7 °C Max 16 °C
30
 Annaba Min 13 °C Max 18 °C
12
 Mascara Min 8 °C Max 17 °C
30
 Ouargla Min 11 °C Max 16 °C
12
 Oran Min 13 °C Max 20 °C
30
 Illizi Min 18 °C Max 23 °C
30
 Tindouf Min 10 °C Max 21 °C
30
 Khenchela Min 5 °C Max 14 °C
28
 Mila Min 10 °C Max 17 °C
12
 Ghardaïa Min 11 °C Max 16 °C
39
Accueil |Internationale |

ATTAQUE CONTRE L'AMBASSADE DES ETATS-UNIS À BAGHDAD

L'Iran rejette des accusations américaines

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

L'Iran a dénoncé hier des allégations «provocatrices et irresponsables» après avoir été accusé par les Etats-Unis d'avoir joué un rôle dans des attaques contre ses représentations en Irak. Mardi, la Maison Blanche a indiqué tenir responsable Téhéran pour «des attaques en particulier contre le consulat des Etats-Unis à Bassora et contre le complexe qui abrite l'ambassade américaine à Baghdad» ces derniers jours. Bassora, grande ville du sud de l'Irak voisine de l'Iran, a été le théâtre la semaine dernière d'un mouvement de protestation contre la corruption et la vétusté des services publics lors duquel 12 manifestants ont été tués. Le consulat de l'Iran a notamment été incendié par les manifestants. Quatre roquettes se sont par ailleurs abattues samedi dans l'enceinte de l'aéroport de Bassora, selon des sources au sein des forces de sécurité. Le consulat américain à Bassora se trouve dans le même secteur que l'aéroport. Vendredi, trois roquettes ont été tirées sur la zone verte de Bagdad, siège des autorités irakiennes et de l'ambassade américaine, sans faire de victimes. Dans les deux cas, les tirs n'ont pas été revendiqués. Les déclarations américaines sont «stupéfiantes, provocatrices et irresponsables», a dénoncé le porte-parole des Affaires étrangères iraniennes, Bahram Ghassemi, cité par l'agence de presse semi-officielle Isna. Le gouvernement de l'Irak, devenu proche de l'Iran après la chute de Saddam Hussein en 2003, est aussi un allié de poids des Etats-Unis, notamment dans sa lutte contre Daesh. Téhéran est dans le collimateur de Donald Trump qui l'accuse de chercher à déstabiliser le Moyen-Orient.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha