Prévisions pour le 16 Decembre 2018

 Adrar Min 6 °C Max 19 °C
32
 Laghouat Min 1 °C Max 17 °C
32
 Batna Min 0 °C Max 16 °C
32
 Biskra Min 5 °C Max 17 °C
32
 Tamanrasset Min 5 °C Max 20 °C
32
 Tlemcen Min 7 °C Max 17 °C
32
 Alger Min 6 °C Max 20 °C
32
 Saïda Min 2 °C Max 19 °C
32
 Annaba Min 10 °C Max 19 °C
34
 Mascara Min 4 °C Max 22 °C
32
 Ouargla Min 3 °C Max 17 °C
32
 Oran Min 6 °C Max 19 °C
32
 Illizi Min 3 °C Max 16 °C
32
 Tindouf Min 6 °C Max 19 °C
32
 Khenchela Min 1 °C Max 15 °C
32
 Mila Min 2 °C Max 18 °C
32
 Ghardaïa Min 2 °C Max 17 °C
32
Accueil |Internationale |

RÉAGISSANT AUX TIRS ISRAÉLIENS QUI ONT TUÉ 7 JEUNES PALESTINIENS

Al Azhar s'indigne et l'ONU s'attriste

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Chaque jour, les meurtres israéliens continuentChaque jour, les meurtres israéliens continuent

Les sept Palestiniens «ont été atteints par les tirs à balles réelles des forces israéliennes», a affirmé le ministère de la Santé, parlant de plus de 200 blessés par balles ou par inhalation de gaz lacrymogènes.

Sept Palestiniens, dont deux enfants de 12 et 14 ans, ont été tués vendredi dernier par les tirs des soldats israéliens dans la bande de Ghaza. Selon le ministère palestinien de la Santé, c'était la journée la plus sanglante depuis le 14 mai qui avait vu la mort de plus de 60 Palestiniens au moment des manifestations contre l'inauguration de l'ambassade des Etats-Unis à Al Qods occupée. Nasser Mossabeh, 12 ans, a été atteint d'une balle dans la tête à l'est de Khan Younès, Achraf al-Qodra. Mohammed al-Houm, 14 ans, et Iyad Al-Shaer, 18 ans, ont été assassinés par les forces d'occupation israéliennes dans le centre et le nord du territoire, a indiqué l'instance qui a également évoqué la mort de quatre autres jeunes Palestiniens âgés d'une vingtaine d'années, au niveau de la barrière de sécurité israélienne qui isole la bande de Ghaza du territoire israélien.
Les sept Palestiniens «ont été atteints par les tirs à balles réelles des forces israéliennes», a affirmé le ministère de la Santé, parlant de plus de 200 blessés par balles ou par inhalation de gaz lacrymogènes. Depuis le 30 mars dernier, l'enclave palestinienne est le théâtre sanglant des agressions israéliennes contre des Palestiniens qui manifestent pacifiquement pour réclamer la levée du blocus israélien et le droit au retour des Palestiniens qui ont été chassés de leurs terres en 1948. Au cours des six mois écoulés, ce sont 194 jeunes Palestiniens qui sont tombés sous les balles meurtrières de l'armée sioniste chargée de réprimer brutalement les manifestations pacifiques qui ont lieu surtout le vendredi, à l'occasion de la prière hebdomadaire. Quant au nombre de blessés, on en compte plus de 20 000 dont bon nombre sont dans un état désespéré.
Cette situation a poussé le Centre mondial de recherche sur l'islam Al-Azhar, en Egypte, à condamner avec force, dans un communiqué, la «répression brutale» continuellement exercée par l'armée israélienne à l'encontre de manifestants pacifiques, dans la bande de Ghaza. Pour Al-Azhar, ce «massacre» intervient quelques heures à peine après la conclusion de la 73ème session de l'Assemblée générale de l'ONU et prouve combien Israël a un mépris total de la communauté internationale et de ses institutions.»Il survient alors même que la communauté internationale est dans l'incapacité chronique d'apporter une protection au peuple palestinien et de tenir les autorités d'occupation pour responsables de leurs crimes continuels contre les enfants de ce peuple sans armes», s'indigne Al-Azhar.
Malgré les exactions continuelles et barbares de l'armée sioniste qu'encourage à haute voix le Premier ministre Benjamin Netanyahu, des milliers de Palestiniens, en majorité des jeunes et même des enfants, ont participé à la 27ème manifestation du vendredi dans le cadre de la «Grande marche du retour» qui a débuté le 30 mars dernier et se déroule dans cinq lieux différents, notamment du côté de la barrière érigée par l'Etat hébreu avec Ghaza et à El Qods occupée.
Impuissante, l'ONU a exprimé par la voix de son coordinateur pour les affaires humanitaires dans les Territoires palestiniens, Jamie McGoldrick, sa profonde tristesse pour la mort de sept Palestiniens, dont les deux enfants, tués vendredi par les forces d'occupation israéliennes dans la bande de Ghaza. «Je suis profondément attristé par les rapports indiquant que sept Palestiniens, dont deux enfants, ont été tués, et des centaines d'autres blessés, par les forces israéliennes pendant des manifestations dans la bande de Ghaza», a déclaré M. McGoldrick, dans un communiqué, tout en lançant un appel aux Israéliens pour «éviter que la situation ne se détériore et pour empêcher la perte de vies humaines». Or, les Palestiniens sont en train de payer le prix du sang depuis au moins un demi siècle sans que leur sort n'émeuve les grandes puissances impuissantes face à l'arrogance de l'Etat hébreu.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha