Prévisions pour le 16 Decembre 2018

 Adrar Min 6 °C Max 19 °C
32
 Laghouat Min 1 °C Max 17 °C
32
 Batna Min 0 °C Max 16 °C
32
 Biskra Min 5 °C Max 17 °C
32
 Tamanrasset Min 5 °C Max 20 °C
32
 Tlemcen Min 7 °C Max 17 °C
32
 Alger Min 6 °C Max 20 °C
32
 Saïda Min 2 °C Max 19 °C
32
 Annaba Min 10 °C Max 19 °C
34
 Mascara Min 4 °C Max 22 °C
32
 Ouargla Min 3 °C Max 17 °C
32
 Oran Min 6 °C Max 19 °C
32
 Illizi Min 3 °C Max 16 °C
32
 Tindouf Min 6 °C Max 19 °C
32
 Khenchela Min 1 °C Max 15 °C
32
 Mila Min 2 °C Max 18 °C
32
 Ghardaïa Min 2 °C Max 17 °C
32
Accueil |Internationale |

MOSCOU L'AFFIRME

L'accord sur la zone de désescalade à Idlib est "temporaire"

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Les terroristes d'Al Nosra dominent les autres groupesLes terroristes d'Al Nosra dominent les autres groupes

Les présidents russe et turc, Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan, s'étaient entendus le 17 septembre dernier à Sotchi afin de mettre en place une zone démilitarisée large de 15 à 20 km le long de la ligne de contact entre les forces gouvernementales et les groupes d'opposition armés.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov, a indiqué hier que «l'accord russo-turc sur la désescalade à Idlib est temporaire», précisant que l'objectif principal de cet accord est «d'éliminer le centre terroriste en Syrie», a rapporté l'agence russe Sputnik. Moscou a espéré que «l'accord sur Idlib sera réalisé et permettra d'éliminer le centre terroriste», a déclaré à Sputnik le vice-ministre des Affaires étrangères.
«L'accord sur Idlib est temporaire. L'objectif final est d'éliminer le centre terroriste en Syrie en général et dans la région d'Idlib en particulier, ainsi que d'instaurer l'unité et la souveraineté, l'intégrité territoriale de l'Etat», a souligné Mikhaïl Bogdanov, selon la même source. Selon le diplomate russe, «les terroristes qui ne déposeront pas leurs armes dans le cadre de cet accord seront éliminés». «Bien sûr, les terroristes qui n'ont pas déposé leurs armes, qui continuent leurs sorties, doivent être arrêtés ou éliminés, comme l'ont clairement indiqué la partie russe et certains de nos partenaires, y compris les dirigeants de la Syrie», a précisé le vice-ministre russe. Il a poursuivi en exprimant son espoir que la communauté internationale serait en mesure de se conformer à tous les points prévus dans l'accord sur Idlib. «Les contacts se poursuivent et nous continuons à travailler avec nos partenaires turcs conformément aux accords du 17 septembre», a fait savoir également M.Bogdanov. Les présidents russe et turc, Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan, s'étaient entendus le 17 septembre dernier à Sotchi afin de mettre en place une zone démilitarisée large de 15 à 20 km le long de la ligne de contact entre les forces gouvernementales et les groupes d'opposition armés dans le gouvernorat d'Idlib d'ici au 15 octobre. Les ministres de la Défense des deux pays avaient signé de leur côté un mémorandum sur la stabilisation de la situation dans la zone de désescalade d'Idlib.
L'accord entre Moscou et Ankara sur la zone de désescalade avait été salué par la communauté internationale le considérant comme une solution pouvant empêcher une crise humanitaire en cas d'une offensive de l'armée syrienne pour sécuriser cette province occupée par des groupes armés.
La Turquie a procédé au cours des dernières quarante- huit heures au renforcement des troupes pour assurer l'opération de recensement des factions rebelles et celle de la récupération des armes lourdes, tandis que les exfiltrations des éléments terroristes posent déjà un certain nombre de problèmes. Et pour cause, Al Nosra, branche syrienne d'Al Qaïda, est le groupe dominant dans la province d'Idlib et il s'oppose catégoriquement à ce dispositif convenu à Sotchi entre les présidents Poutine et Erdogan.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha