Prévisions pour le 15 Novembre 2018

 Adrar Min 10 °C Max 23 °C
32
 Laghouat Min 9 °C Max 15 °C
28
 Batna Min 5 °C Max 17 °C
30
 Biskra Min 16 °C Max 23 °C
23
 Tamanrasset Min 12 °C Max 25 °C
30
 Tlemcen Min 8 °C Max 15 °C
30
 Alger Min 13 °C Max 20 °C
30
 Saïda Min 9 °C Max 16 °C
30
 Annaba Min 12 °C Max 20 °C
28
 Mascara Min 10 °C Max 17 °C
39
 Ouargla Min 15 °C Max 26 °C
32
 Oran Min 12 °C Max 21 °C
39
 Illizi Min 13 °C Max 30 °C
32
 Tindouf Min 12 °C Max 22 °C
32
 Khenchela Min 6 °C Max 16 °C
30
 Mila Min 10 °C Max 20 °C
12
 Ghardaïa Min 11 °C Max 19 °C
32
Accueil |Internationale |

LE VIRAGE AMÉRICAIN ILLUSTRE L'ÉCHEC SAOUDIEN AU YÉMEN

Une reprise des négociations de paix est attendue

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Malgré les déclarations américaines, les spécialistes n'entrevoient pas de terme proche au conflit, qui, selon l'ONU, a fait quelque 10.000 morts.

Le virage pris par les Etats-Unis sur la guerre au Yémen, Washington exigeant désormais la fin des frappes aériennes de la coalition menée par Riyadh, est une forme d'admission de l'échec d'une offensive meurtrière ayant déclenché une crise humanitaire désastreuse. Ce revirement de Washington illustre aussi un mécontentement croissant du gouvernement américain à l'égard du prince héritier saoudien, conséquence de l'outrage soulevé par l'affaire Khashoggi, ce journaliste saoudien tué le 2 octobre dans le consulat d'Arabie à Istanbul. Le ministre américain de la Défense Jim Mattis a appelé mardi les belligérants au Yémen à cesser les hostilités et à ouvrir des négociations de paix «d'ici 30 jours». Les spécialistes n'entrevoient toutefois pas de terme proche au conflit, qui, selon l'ONU, a fait quelque 10 000 morts. La guerre au Yémen oppose des forces pro-gouvernementales aux rebelles Houthis, soutenus par l'Iran et qui se sont emparés en 2014 et 2015 de vastes régions du pays, dont la capitale Sanaa. En mars 2015, une coalition sous commandement saoudien est intervenue militairement au Yémen en soutien aux forces pro-gouvernementales. Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a de son côté demandé mardi que cessent les frappes aériennes de la coalition menée par Riyadh «dans toutes les zones habitées du Yémen», une admission en creux des pertes civiles causées par ces bombardements. L'Arabie saoudite a été accusée à plusieurs reprises de bavures ayant coûté la vie à des centaines de civils. «Sans aucun doute l'affaire Khashoggi a monté l'opinion publique américaine contre les Saoudiens», commente Charles Schmitz, un expert du Yémen à la Towson University. Les Etats-Unis restent toutefois profondément impliqués dans cet effort de guerre, tempère-t-il. Le Pentagone assiste notamment les forces de l'Arabie saoudite et des Emirats arabes unis en ravitaillant en vol les chasseurs bombardiers de ces deux pays et en leur fournissant des renseignements ainsi que certaines armes prohibées (bombes au phosphore). Riyadh fait face à une pression croissante du Congrès américain: en mars, une proposition d'interrompre le soutien des Etats-Unis à l'offensive saoudienne au Yémen a été rejetée au Sénat, mais au terme d'un vote serré. Dimanche, le quotidien New York Times a publié une photo potentiellement choquante d'une fillette yéménite de 7 ans très émaciée, victime d'une famine qui menace 14 millions d'habitants du pays. La nouvelle position américaine «est peut-être une indication de la frustration du gouvernement américain quant au dérapage de la situation «, avance Waleed Alhariri, du Sanaa Center for Strategic Studies. L'émissaire de l'ONU pour le Yémen a dit mercredi sa volonté de relancer les discussions de paix «d'ici un mois», après les appels de Washington à des négociations pour mettre fin au conflit.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha