Prévisions pour le 15 Decembre 2018

 Adrar Min 7 °C Max 17 °C
32
 Laghouat Min 5 °C Max 12 °C
32
 Batna Min 2 °C Max 9 °C
12
 Biskra Min 8 °C Max 18 °C
23
 Tamanrasset Min 6 °C Max 21 °C
34
 Tlemcen Min 4 °C Max 13 °C
30
 Alger Min 8 °C Max 16 °C
30
 Saïda Min 3 °C Max 12 °C
30
 Annaba Min 12 °C Max 16 °C
11
 Mascara Min 3 °C Max 14 °C
30
 Ouargla Min 10 °C Max 17 °C
32
 Oran Min 8 °C Max 17 °C
30
 Illizi Min 5 °C Max 16 °C
32
 Tindouf Min 10 °C Max 20 °C
32
 Khenchela Min 1 °C Max 8 °C
39
 Mila Min 8 °C Max 13 °C
39
 Ghardaïa Min 7 °C Max 15 °C
32
Accueil |Internationale |

11 CIVILS DONT 3 FEMMES ET 5 ENFANTS TUÉS PAR LA COALITION EN SYRIE

Ankara outrée par des postes d'observation américains

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Des sources civiles, citées par SANA, ont indiqué que les avions de la Coalition internationale avaient «mené des raids sur le village de Chaafa, dans la banlieue sud-est de Deir Ezzor, y faisant 11 martyrs, dont 3 femmes et 5 enfants, et des dizaines de blessés parmi les civils».

Onze civils ont été tués dans un raid de la Coalition internationale visant la ville syrienne de Chaafa, dans la banlieue sud-est de Deir Ezzor, a rapporté hier l'agence de presse SANA. L'aviation de la Coalition internationale, conduite par les Etats-Unis, «a poursuivi son agression contre les Syriens dans la banlieue de Deir Ezzor sous prétexte de la lutte contre les terroristes de 'Daesh'', faisant au mois onze morts parmi les civils, a indiqué Sana. Des sources civiles, citées par SANA ont indiqué que les avions de combat de la Coalition internationale avaient «mené des raids sur le village de Chaafa dans la banlieue sud-est de Deir Ezzor et y avaient fait 11 martyrs, dont 3 femmes et 5 enfants, et des dizaines de blessés parmi les civils». Ces sources ont indiqué que la Coalition «bombarde les maisons des civils sous prétexte de la lutte contre les terroristes de Daesh», ajoutant que «l'agression qui se poursuit avait causé des centaines de déplacés parmi les civils».
La Turquie a, quant à elle, vivement critiqué hier la mise en place par les Etats-Unis de postes d'observation dans le nord de la Syrie visant à empêcher toute altercation entre l'armée turque et des combattants kurdes soutenus par Washington. «Je suis d'avis que ces mesures vont compliquer davantage une situation déjà très compliquée», a déclaré le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, selon des propos rapportés par l'agence de presse étatique Anadolu.»Nous avons fait part de notre malaise à nos homologues américains à plusieurs reprises», a indiqué M. Akar, ajoutant qu'il s'était récemment entretenu à ce sujet avec le chef d'état-major américain Joe Dunford.
Le ministre américain de la Défense Jim Mattis a annoncé mercredi que l'armée américaine était en train d'installer des «tours d'observation» dans plusieurs zones dans le nord de la Syrie, le long de la frontière avec la Turquie. Cette mesure vise à rassurer la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), qu'Ankara considère comme un groupe «terroriste», mais qui est le fer de lance au sol de la coalition internationale luttant contre le groupe Etat islamique (EI). Les YPG sont l'épine dorsale des Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition arabo-kurde qui combat les terroristes de l'EI avec l'appui des Etats-Unis. L'armée turque, qui menace de passer à l'offensive contre les YPG, a effectué ces dernières semaines des bombardements sporadiques contre des positions du groupe kurde. A la suite des bombardements turcs sur les positions des YPG, les FDS avaient annoncé le 11 novembre la suspension de leurs opérations contre l'EI, suscitant l'embarras de Washington. Le soutien américain aux combattants kurdes est un sujet récurrent de tension entre Ankara et Washington, deux alliés au sein de l'Otan aux relations volatiles depuis deux ans.
Appelant une nouvelle fois les Etats-Unis à ne plus soutenir les YPG, le ministre turc de la Défense a assuré que les tours d'observation américaines ne seraient d'»aucune utilité». La Turquie «n'hésitera pas à prendre les mesures qui s'imposent de l'autre côté de ses frontières pour faire face aux risques et aux menaces qui pourraient voir le jour», a déclaré M. Akar.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha