Accueil |Internationale |

AU G20, TOUS LES REGARDS BRAQUÉS SUR DONALD TRUMP

Un consensus biaisé par les rencontres bilatérales

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
L'Afrique du sud est le seul pays africain membre du G20L'Afrique du sud est le seul pays africain membre du G20

Le président français a dénoncé ceux qui «voudraient faire croire qu'on résoudrait mieux nos difficultés en étant belliqueux, isolationnistes et en refermant nos frontières», pointant du doigt le président Trump.

Le sommet du G20 qui s'est ouvert hier à Buenos Aires, en Argentine, aura vu d'emblée son ambiance refroidie avec l'annonce du président américain Donald Trump qui, une heure après avoir évoqué sa tenue, a finalement annulé la rencontre prévue avec son homologue russe Vladimir Poutine. Compte tenu de la guerre commerciale larvée avec la Chine et du contexte tendu autour de la présence du prince héritier saoudien Mohamed Ben Salmane, englué dans le scandale relatif à l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, il ne pouvait en être autrement, surtout que Trump devait donner des gages à une opinion américaine alarmée par l'enquête sur une présumée ingérence russe dans l'élection présidentielle de 2016. Fidèle à lui-même, il a tôt fait d'échauffer les esprits avec l'annulation surprise, sur Twitter, de la rencontre très attendue avec le président Poutine, justifiée par le fait que Moscou n'avait pas rendu à l'Ukraine les trois navires arraisonnés et les marins détenus au lendemain de l'incident du 25 novembre dernier, au large de la Crimée. Le Kremlin a réagi en déplorant le report indéfiniment de discussions essentielles «sur les questions internationales et bilatérales graves». Poutine aura, malgré tout, fort à faire puisqu'il doit s'entretenir avec Xi Jinping, les Premiers ministres japonais Shinzo Abe et indien Narendra Modi, entre autres.
En sera-t-il de même pour la rencontre avec le président chinois Xi Jinping, dans un contexte d'escalade aventureuse à coups de taxes et de représailles économiques réciproques qui ont déjà impacté la croissance mondiale et inquiètent au plus haut point les milieux d'affaires internationaux. Trump maintient le suspense, sans parvenir toutefois à compromettre le credo habituel du G20 favorable au multilatéralisme mais ses décisions intempestives influent sur les places financières promptes à céder à la panique au moindre coup de menton du milliardaire américain. C'est ainsi que le président français a dénoncé ceux qui «voudraient faire croire qu'on résoudrait mieux nos difficultés en étant belliqueux, isolationnistes et en refermant nos frontières», pointant du doigt le président Trump, avec lequel ses rapports, très chaleureux voici quelques mois, paraissent davantage crispés maintenant. Il y aura aussi cette rencontre annoncée avec MBS qui cherche à s'affranchir d'une suspicion lourde depuis le meurtre de Khashoggi et veut multiplier les audiences pour s'imposer dans le giron international. Tel est le contexte de ce sommet qui se tient sous très haute surveillance dans une capitale argentine où une grande manifestation doit avoir lieu aujourd'hui même, porteuse de critiques virulentes envers le G20 et de revendications dans un pays miné par une crise profonde assortie d'une politique d'austérité non moins sévère. Les autorités ont d'ailleurs averti qu'elles répondront durement aux tentatives de débordements telles que celles qui ont caractérisé le sommet précédent à Hambourg, en Allemagne.
Ultime incertitude de la rencontre, le paraphe par les 20 pays concernés d'un communiqué final aujourd'hui, en fin de journée, porteur d'un consensus réel ou simplement feint, sur les principaux enjeux internationaux, sachant que le président américain est encore capable de botter en touche à la dernière minute. Certes, il s'agit là d'un document strictement symbolique, mais il laisserait ouverte la voie d'une négociation franche sur le libre-échange et sur le thème délicat du changement climatique, notamment. Quant à la photo de famille, elle ne devrait pas poser de problème, à moins que les nombreuses discussions en tête à tête ne dégénèrent tant les sujets de désaccords demeurent nombreux.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha