Accueil |Internationale |

LE TERRORISTE DE STRASBOURG TUÉ PAR LES FORCES DE L'ORDRE

Paris redoute le retour des Gilets jaunes

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Un nouveau bras de fer à ParisUn nouveau bras de fer à Paris

Plus de 700 policiers et gendarmes étaient mobilisés pour le retrouver et les polices allemande, suisse et luxembourgeoise étaient aussi en alerte. Le marché de Noël a rouvert dans un climat de soulagement tandis que les Gilets jaunes appellent à un 5ème samedi noir.

L'auteur de l'attentat contre le marché de Noël à Strasbourg, Chérif Chekatt, traqué par des centaines de policiers depuis deux jours, a été abattu jeudi soir par les forces de l'ordre. Chérif Chekatt «faisait partie des soldats de l'Etat islamique», a assuré, peu après l'annonce de sa mort, l'agence de propagande de l'organisation terroriste Daesh. Il a été tué dans le quartier du Neudorf, au sud de la ville, là où il a grandi. Un très important dispositif de police y avait été déployé. Alertés jeudi soir, les agents ont tenté de l'interpeller mais il «s'est retourné, faisant face aux fonctionnaires en tirant. Ils ont alors immédiatement riposté et ont neutralisé l'assaillant», a déclaré le ministre de l'Intérieur. Les forces de l'ordre ont été applaudies par des badauds.
Selon une source proche de l'enquête, une femme a indiqué avoir vu le fugitif, blessé au bras. Des traces de sang ont été trouvées, et des images vidéo ont permis aux policiers d'acquérir une certitude. Le secteur était alors quadrillé et survolé par un hélicoptère équipé de caméras thermiques. «Merci à l'ensemble des services mobilisés, policiers, gendarmes et militaires. Notre engagement contre le terrorisme est total», a tweeté Emmanuel Macron.
Plus de 700 membres des forces de l'ordre étaient à la recherche du tireur qui a tué trois personnes, dont un touriste thaïlandais, et en a blessé 13 mardi soir, au coeur du marché de Noël, dans le centre historique de Strasbourg. Plusieurs opérations de police avaient déjà eu lieu au Neudorf. Criant «Allah Akbar», selon des témoins, Chérif Chekatt, ancien détenu au passé judiciaire lourd, signalé pour sa radicalisation islamiste en prison, avait ouvert le feu à plusieurs reprises sur les passants et frappé d'autres à coups de couteau, tuant trois personnes et en blessant 13. Après des échanges de tirs avec des militaires, qui l'ont blessé au bras, il avait réussi à s'enfuir en prenant un taxi pour se rendre dans un quartier proche, le Neudorf, où a eu lieu un nouvel échange de tirs avec la police, avant qu'il ne disparaisse. Plus de 700 policiers et gendarmes étaient mobilisés pour le retrouver et les polices allemande, suisse et luxembourgeoise étaient aussi en alerte. L'avis de recherche des policiers français décrivait un «individu dangereux» de 1,80 m, à la «peau mate», avec une «marque sur le front». Né à Strasbourg et fiché «S» («sûreté de l'État») pour sa radicalisation islamiste, Chérif Chekatt, 29 ans, avait été condamné à 27 reprises en France, en Allemagne et en Suisse pour des faits de droit commun. Il devait être interpellé par les gendarmes mardi matin, dans le cadre d'une enquête de droit commun, le jour de la fusillade donc, mais a échappé à cette arrestation.
La mort de Chérif Chekatt libère d'une «épée de Damoclès» pour les Strasbourgeois et les nombreux touristes qui déambulent parmi les 300 chalets du marché, a commenté le maire de Strasbourg Roland Ries. Après cette attaque, le gouvernement a rehaussé à «urgence attentat», soit son niveau maximal, le plan national de lutte contre le terrorisme Vigipirate.
La France vit sous une menace terroriste élevée depuis la vague d'attentats qui a fait 246 tués, sans compter la fusillade de Strasbourg.
Le groupe EI appelle régulièrement à viser les pays, dont la France, membres de la coalition internationale en Syrie et en Irak. C'est dans ce contexte tendu que les Gilets jaunes ont rejeté, en grand nombre, l'appel du gouvernement à ne pas manifester et ont annoncé la poursuite de la mobilisation, notamment un 5ème rendez-vous à Paris.
Le dispositif sécuritaire de ces dernières semaines a été reconduit.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha