Accueil |Internationale |

REMOUS AUTOUR DU RETRAIT MILITAIRE DE SYRIE ET D'AFGHANISTAN

Nouvelle démission à Washington

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
La présence militaire US en Syrie a perdu tout son sensLa présence militaire US en Syrie a perdu tout son sens

Aux Etats-Unis, les administrations fédérales sont partiellement fermées depuis samedi dernier, suite au «shutdown» qui va se prolonger au-delà de Noël.

L'émissaire des Etats-Unis pour la coalition internationale anti jihadistes Brett McGurk a présenté hier sa démission, après celle du ministre américain de la Défense, dans le sillage de l'annonce par Donald Trump du retrait militaire américain de Syrie. Le départ de M. McGurk sera effectif au 31 décembre, a indiqué samedi un responsable du département d'Etat, sous couvert d'anonymat, précisant qu'il avait remis sa démission vendredi au secrétaire d'Etat Mike Pompeo. Selon plusieurs médias américains, il avait décidé de quitter son poste en février mais il a avancé cette échéance après les rebondissements de la semaine.
Le président américain Donald Trump a surpris en annonçant mercredi sa décision de retirer le plus vite possible les 2.000 soldats américains stationnés en Syrie, estimant que le groupe Etat islamique (EI) était vaincu. Le même jour, il indiquait que la préparation d'un désengagement partiel d'Afghanistan était lancée. Le Wall Street Journal et le New York Times ont évoqué le départ de la moitié des 14.000 militaires américains engagés sur le sol afghan dans ce conflit vieux de
17 ans lancé après les attentats du 11 septembre 2001. «Concernant la Syrie, nous devions à l'origine y être pour trois mois et, c'était il y a sept ans -nous ne sommes
jamais partis», a tweeté
M. Trump samedi, avant la révélation de la démission de M. McGurk.»Lorsque je suis devenu président, l'EI se déchainait. Désormais, l'EI est en grande partie vaincu et d'autres pays de la région, y compris la Turquie, devraient être capables de s'occuper facilement de ce qu'il en reste. Nous rentrons à la maison!», a-t-il ajouté.
Ces derniers mois, de hauts responsables militaires américains avaient multiplié les mises en garde contre un retrait précipité en Syrie. Un haut responsable kurde en Syrie, Aldar Khalil, a exhorté samedi Washington à empêcher toute offensive turque contre les zones kurdes du nord, prévenant que les YPG pourraient abandonner le combat contre l'EI pour pouvoir se défendre le cas échéant contre les Turcs. Jeudi dernier, le ministre de la Défense Jim Mattis faisait part de sa démission à compter de février, affichant son désaccord avec la nouvelle stratégie de la Maison- Blanche. Il a insisté sur la nécessité pour les Etats-Unis de «traiter les alliés avec respect». «Si n'importe qui d'autre que votre président favori (...) avait annoncé, après avoir décimé l'EI en Syrie, que nous allions rapatrier nos troupes (heureuses & en bonne santé), cette personne aurait été le héros le plus populaire d'Amérique», a tweeté samedi Donald Trump. «Avec moi, je suis attaqué durement par les Médias Fake News. Fou!». Lors de sa campagne pour la présidentielle de 2016, il avait estimé que l'engagement des Etats-Unis au Moyen-Orient coûtait des milliards de dollars qui seraient mieux dépensés au profit du contribuable américain, et qu'il fallait laisser d'autres acteurs, notamment les pays arabes du Golfe, faire le travail sur place. Aux Etats-Unis, les administrations fédérales sont partiellement fermées depuis samedi dernier, suite au «shutdown» qui va se prolonger au-delà de Noël, après l'échec des tractations au Congrès sur le financement d'un mur à la frontière mexicaine voulu par Donald Trump.
Le Congrès américain a suspendu samedi les discussions sur un compromis budgétaire permettant de sortir de l'impasse, et aucun vote n'est attendu avant jeudi. Faute de financement du Congrès, de nombreux ministères et agences gouvernementales ont fermé leurs portes, laissant environ 800.000 fonctionnaires en congé sans solde ou, pour les services jugés essentiels, forcés de travailler sans être payés alors que la période des fêtes bat son plein.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha