Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |Internationale |

Grève générale des journalistes tunisiens le 14 janvier

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Parmi les principales revendications de cette grève générale figurent l'approbation d'un quota de 5% sur les recettes issues de la publicité publique au profit des journalistes, la création d'un «projet résidentiel» favorisant des logements pour les journalistes à des tarifs préférentiels ainsi que le lancement d'un «Fonds pour la presse écrite».

Les journalistes tunisiens observeront une grève générale le 14 janvier prochain en signe de protestations contre leur situation socio-économique et ce, suite au décès de leur collègue, Abderrzak Rezgui, un caméraman qui s'est immolé par le feu lundi à Kasserine (centre-ouest de la Tunisie), a annoncé mercredi le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT).
«Avec l'approche de la célébration du 8ème anniversaire de la révolution de la liberté et de la dignité, les journalistes tunisiens souffrent encore de difficultés majeures sur le double plan social et
financier», s'est exprimé le bureau exécutif du SNJT.»Bien que la liberté d'expression se veut l'une des acquis post-révolution, cet atout est menacé par la corruption, la marginalisation et la violation de l'éthique journalistique», a ajouté le SNJT dans un communiqué.
Parmi les principales revendications devant être scandées le jour même de cette grève générale figurent l'approbation d'un quota de 5% sur les recettes issues de la publicité publique au profit des journalistes, la création d'un «projet résidentiel» favorisant des logements pour les journalistes à des tarifs préférentiels ainsi que le lancement d'un «Fonds pour la presse écrite» qui gère ce secteur dans le respect de l'étique en vigueur et du code de travail tunisien. Le journaliste-caméraman, Abderrazak Rezgui, avait mis fin à sa vie en s'immolant par le feu en pleine «Place des martyrs» de la province de Kasserine. Ce journaliste avait mis en ligne, quelque heures avant de passer en action, une vidéo dans laquelle il manifestait son dénigrement quant à la détérioration de la situation socio-économique de toute sa région. Les autorités tunisiennes ont déjà ouvert une enquête d'investigation sur les circonstances de cet incident puisque, d'après certains médias locaux, cette tentative de suicide n'était pas volontaire et que des soupçons ont été avancés pour dire qu'il s'agit d'un meurtre avec préméditation.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha