Accueil |Internationale |

GUERRE COMMERCIALE

Les négociateurs américains à Pékin

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Négociateurs américains et chinois ont entamé hier à Pékin des discussions pour tenter de mettre fin à la guerre commerciale entre les deux premières économies du monde. En quittant son hôtel lundi matin, la délégation américaine emmenée par le représentant adjoint pour le Commerce, Jeffrey Gerrish, n'a fait aucun commentaire à l'adresse des nombreux journalistes couvrant cette première session de négociations en face-à-face depuis la rencontre des présidents américain et chinois, début décembre à Buenos Aires. Donald Trump et Xi Jinping avaient alors convenu de se donner un délai de trois mois, jusqu'à début mars, pour essayer de mettre fin, par la négociation, à leur affrontement à coups de droits de douane. Les deux parties restaient très discrètes sur le déroulement des discussions, dont le lieu n'a pas même été révélé. Pékin a simplement précisé vendredi qu'elles auraient lieu lundi et mardi. «Je pense que nous pouvons conclure un accord avec la Chine», a déclaré le président américain vendredi. «On verra ce qui se passera, on ne sait jamais avec une négociation», a-t-il toutefois tempéré. «Nous avons une négociation commerciale massive en ce moment avec la Chine, le président Xi est très impliqué tout comme moi-même. Nous négocions au plus haut niveau et cela se passe très bien», a souligné le milliardaire. Il n'a donné aucun détail sur le contenu des discussions ni sur d'éventuels progrès. Outre M. Gerrish, la délégation américaine compte des représentants des ministères de l'Agriculture et de l'Énergie, de la Maison-Blanche, du Trésor et du département d'État. Plusieurs gestes de conciliation ont été effectués depuis le sommet de Buenos Aires, la Chine annonçant par exemple la suspension au 1er janvier, pour trois mois, des surtaxes douanières imposées aux voitures et pièces automobiles importées des États-Unis. Elle a passé, en outre, plusieurs grosses commandes de soja américain et a donné son feu vert à l'importation de riz américain. La guerre commerciale des derniers mois a ébranlé la confiance en Chine et secoué les places boursières, alors que l'économie du géant asiatique montre des signes de ralentissement. Elle semble avoir aussi touché le secteur manufacturier des deux pays. L'activité des manufactures chinoises s'est ainsi dégradée fin 2018, malgré une légère amélioration de la production, notamment du fait d'une baisse des nouvelles commandes, selon l'indice indépendant Caixin, calculé par IHS Markit. Pour Donald Trump, la situation devrait pousser Pékin à conclure un accord avec Washington.
Mais un éditorial lundi dans le Global Times, quotidien proche du pouvoir chinois, soulignait qu'une «guerre commerciale conduit à des pertes des deux côtés, voire pour de multiples parties», affirmant que les États-Unis avaient tout autant envie de voir un accord, aboutir que la Chine. «Ce serait une bonne chose de parvenir à un accord mais (...) il ne peut être imposé. (...) Si Pékin avait voulu lever le drapeau blanc, il l'aurait déjà fait», met en garde Global Times.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha