Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |Internationale |

DES LÉGISLATIVES EN LIBYE AVANT LA FIN DU PRINTEMPS 2019

Salamé optimiste sur les conditions d'ensemble

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Salamé optimiste sur les conditions d'ensemble

Le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé, a affirmé jeudi que «les conditions sont réunies» pour la tenue des élections parlementaires en Libye avant la fin du printemps prochain, soulignant que «le gouvernement algérien peut aider les parties libyennes à faire avancer le processus politique». S'exprimant sur la Chaine III de la Radio algérienne, M. Salamé a indiqué qu'il existait un dialogue continu entre la Mission et les autorités algériennes, soutenant que «l'Algérie, en tant que pays voisin, est concernée par ce qui se passe en Libye et peut aider, avec plusieurs interlocuteurs libyens, à faire avancer le processus politique». Evoquant la situation sécuritaire du pays voisin, M. Salamé a noté que l'accord de cessez-le-feu signé en septembre dernier par les différents groupes armés à Tripoli est toujours en vigueur, avant d'exprimer, toutefois, ses inquiétudes quant à la situation dans le sud de la Libye, où il a été enregistré, selon lui, «une activité très fréquente de groupes terroristes», notamment du groupe autoproclamé «Etat islamique (Daesh/EI)». «C'est une question qui commence à nous inquiéter depuis l'été dernier. J'ai découvert auprès des autorités algériennes le même souci sur la nécessité de trouver une solution pour que la situation ne s'aggrave pas davantage dans le sud où les frontières sont très mal gardées par les autorités libyennes», a affirmé M. Salamé. Il a, en outre, ajouté que «des puissances régionales et internationales commencent à intervenir dans cette partie Sud de la Libye, d'une manière ou d'une autre, sans qu'elles ne soient respectueuses de la souveraineté libyenne». Plaidant pour une «coordination régulière» entre l'Algérie, la Tunisie et l'Egypte, pays voisins de la Libye, pour mieux contrôler les frontières, le responsable onusien a estimé que cette concertation évitera à la Libye de devenir un «asile pour les terroristes qui fuient aujourd'hui la Syrie et l'Irak.» «Je suis favorable à cette coordination entre les trois pays voisins de la Libye, voire même à son élargissement à d'autres pays subsahariens, comme le Niger, le Tchad ou le Soudan», a estimé M. Salamé, mettant en garde contre le fait que «les terroristes de Daesh pourraient considérer la Libye comme un refuge», ce qui constituera, a-t-il ajouté, «une menace non seulement pour la Libye, mais (également) pour les pays voisins». Ghassan Salamé a expliqué que celles-ci ne peuvent pas avoir lieu sans l'existence d'un support constitutionnel. A ce sujet, il a déploré le retard accusé par le Parlement dans l'élaboration d'un projet de Constitution qui sera soumis au référendum. En revanche, les élections parlementaires pourraient avoir lieu avant la fin du printemps, a-t-il fait savoir, notant que «les conditions commencent à être réunies pour leur déroulement».

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha