Accueil |Internationale |

LA CHEF DES DÉMOCRATES AU CONGRÈS A REJETÉ SON «ANNONCE MAJEURE»

Virulente attaque de Trump

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Mme Pelosi a rejeté cette proposition, n'y voyant pas une concession présidentielle pour sortir de l'impasse mais une «compilation de plusieurs initiatives déjà rejetées par le passé et chacune inacceptable».

Réagissant à la fin de non recevoir de Nancy Pelosi, Donald Trump a accusé hier la chef de la majorité démocrate à la Chambre des représentants de se comporter de façon «irrationnelle» et de s'être radicalisée, après qu'elle ait rejeté l'offre du président américain qui lui aurait permis de financer le mur frontalier. Dans une virulente charge sur Twitter, M. Trump est allé jusqu'à demander à Mme Pelosi, élue de Californie, de faire nettoyer les rues de San Francisco où elle réside. «Nancy Pelosi s'est comportée de façon si irrationnelle et s'est tellement déportée sur la gauche qu'elle est désormais officiellement une démocrate radicale. Elle est tellement pétrifiée par les gauchistes de son parti qu'elle a perdu tout contrôle», a écrit le président.»Et, en passant, nettoyez les rues de San Francisco, elles sont répugnantes!», a ajouté M. Trump à l'attention de la responsable démocrate. Dans un précédent tweet, le chef de l'exécutif, qui célébrait hier ses deux premières années à la Maison-Blanche, a reproché à Mme Pelosi d'avoir rejeté l'offre qu'il avait mise sur la table samedi afin de tenter de mettre un terme au «shutdown», le blocage budgétaire des services fédéraux qui dure depuis près d'un mois.
Donald Trump a proposé de prolonger des statuts temporaires pour environ un million de migrants qui risquent d'être expulsés des états-Unis, en échange du financement par le Congrès de son mur frontalier anti-clandestins, sa principale promesse de campagne.
Mme Pelosi a rejeté cette proposition, n'y voyant pas une concession présidentielle pour sortir de l'impasse mais une «compilation de plusieurs initiatives déjà rejetées par le passé et chacune inacceptable». Quelque 800 000 fonctionnaires fédéraux sont affectés par le shutdown, placés en congé sans solde ou contraints de travailler sans être payés. Nancy Pelosi et les démocrates «devraient faire ce qui est bien pour le pays et permettre aux gens de reprendre le travail», a tweeté également M. Trump dont le courroux a atteint, semble-t-il, son paroxysme.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha