Accueil |Internationale |

SYRIE

Un attentat secoue le sud de Damas

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Un quartier de DamasUn quartier de Damas

Le président syrien, Bachar al-Assad, a enchaîné les victoires face aux rebelles et aux terroristes, et contrôle désormais les deux-tiers du pays, grâce au soutien militaire de ses alliés, la Russie, l'Iran, et le Hezbollah libanais.

Un attentat a eu lieu hier matin dans le sud de la capitale syrienne Damas, a rapporté l'agence officielle Sana, selon qui un «terroriste» a été interpellé. D'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays en guerre, la «forte explosion», survenue près d'un bureau du renseignement militaire, a fait «des morts et des blessés».
L'existence de victimes n'a toutefois pas été confirmée par Sana. «Il y a des personnes tuées et blessées mais nous n'avons pas encore pu vérifier le bilan» exact, a déclaré le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, ajoutant que l'explosion avait été suivie de tirs». Il a précisé qu'il s'agissait de la première attaque dans la capitale syrienne en plus d'un an. La télévision d'Etat avait initialement rapporté qu'une explosion avait été entendue près d'une autoroute dans le sud de la ville, faisant état de «premiers rapports suggérant un acte terroriste». Elle n'avait pas donné davantage de détails. Le régime syrien a annoncé en mai 2018 contrôler «totalement» Damas et ses environs pour la première fois depuis 2012, après avoir chassé les terroristes du groupe Etat islamique (EI) de leur dernier réduit dans la capitale, au terme d'un mois d'une vaste offensive.
Le président syrien Bachar al-Assad a enchaîné les victoires face aux rebelles et aux terroristes, et contrôle désormais les deux-tiers du pays, grâce au soutien militaire de ses alliés, la Russie, l'Iran, et le Hezbollah libanais. Le nouvel émissaire de l'ONU pour le conflit en Syrie était à Damas la semaine dernière, après sa prise de fonction le 7 janvier. Le diplomate norvégien Geir Pedersen s'est engagé à revenir «régulièrement» dans la capitale syrienne pour trouver une solution politique à la guerre.
Les trois émissaires onusiens qui l'ont précédé -l'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan, l'Algérien Lakhdar Brahimi et l'Italo-Suédois Staffan de Mistura- ont tous jeté l'éponge..
Le 16 janvier, 16 personnes, dont quatre Américains, ont été tuées dans un attentat suicide revendiqué par le groupe EI à Minbej (nord), l'attaque la plus meurtrière contre les forces américaines qui dirigent une coalition internationale antiterroristes depuis 2014 en Syrie. Le président américain Donald Trump avait annoncé en décembre le retrait des troupes américaines de Syrie, justifiant ce désengagement par le fait que l'EI avait été vaincu. Des combats ont toujours lieu, notamment dans l'est du pays près de la frontière irakienne, où se sont retranchés les terroristes de l'EI.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha