Accueil |Internationale |

TSHISEKEDI SERA INVESTI PRÉSIDENT DE LA RDC

Malgré la contestation de Fayulu

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le président sud-africain,Cyril Ramaphosa, félicite le vainqueurLe président sud-africain,Cyril Ramaphosa, félicite le vainqueur

La validation de l'élection de l'opposant Tshisekedi - contestée par son rival Martin Fayulu - par la Cour constitutionnelle dans la nuit de samedi à dimanche, a divisé l'Union africaine (UA).

Alors que l'Union africaine a renoncé in fine à l'envoi d'une délégation de haut rang pour tenter de clarifier la situation née d'une élection présidentielle mouvementée, l'opposant congolais Martin Fayulu avait, toujours hier, toutes les peines du monde à mobiliser ses partisans avant la prestation de serment du président déclaré élu Félix Tshisekedi, qui devrait être repoussée à jeudi, le temps de lancer les invitations aux chefs d'État africains et aux chancelleries. M. Fayulu a tenté dans la matinée de rassembler ses troupes dans les rues de Kinshasa, devant le siège de son parti et de ses alliés du Mouvement de libération du Congo (MLC). Au total, une cinquantaine de militants ont manifesté, très encadrés par la police antiémeute. La ville était par ailleurs comme la veille très calme, ainsi que le reste du pays. «La population est encore dans l'étonnement. Nous allons expliquer ce hold-up puis nous allons élaborer des stratégies pour exprimer notre refus de ces résultats contraires à la volonté exprimée dans les urnes par le peuple», a déclaré Wina Lokondo.
Ce coordonnateur de la coalition politique Lamuka autour de M. Fayulu dans la province de l'Equateur (nord-ouest) avait été arrêté le 11 janvier, au lendemain de la publication des résultats par la Commission électorale pour avoir appelé à manifester, puis libéré après 48 heures. Initialement prévue aujourd'hui dans le calendrier de la Commission électorale, la prestation de serment du président élu, devrait avoir lieu jeudi. «D'après les informations qu'on m'a données ce matin, elle a été reportée à jeudi», a déclaré Lydie Omanga, porte-parole de la coalition d'opposition Cap pour le changement (Cach) de M. Tshisekedi. Jean-Pierre Kambila, directeur de cabinet adjoint du président Joseph Kabila, a été un peu moins affirmatif, expliquant qu'il «subsiste encore quelques hésitations». «Une réunion aura lieu à 17h00 aujourd'hui pour régler la question», a-t-il ajouté. «Si cette cérémonie n'a pas lieu demain, ce sera le 24 janvier 2019, sans aucun doute.»
La validation de l'élection de l'opposant Tshisekedi - contestée par son rival Martin Fayulu - par la Cour constitutionnelle dans la nuit de samedi à dimanche, a divisé l'Union africaine (UA). Première puissance économique du continent, l'Afrique du Sud a félicité M. Tshisekedi, accusé par M. Fayulu d'être le complice d'un «putsch électoral» orchestré par le président sortant Joseph Kabila. L'élection de M. Tshisekedi a aussi ravivé les clivages habituels parmi les neuf voisins de la RDC, le plus grand pays d'Afrique subsaharienne. Le Burundi et la Tanzanie, qui coopèrent avec Kinshasa dans la traque des rebelles, ont félicité le nouveau président de la République. En revanche, le Congo-Brazzaville, l'Ouganda, le Rwanda, la Zambie et l'Angola sont restés muets. Le Rwanda a surtout essuyé un camouflet.
Mise devant le fait accompli, l'UA s'est contentée de «prendre note» de la proclamation des résultats par la Cour constitutionnelle et de «reporter» sa mission à Kinshasa. De son côté, l'Union européenne a estimé dimanche que des «doutes subsistent» sur le résultat de la présidentielle après la proclamation définitive de M. Tshisekedi, sans plus. Comme Jean Ping au Gabon en 2016, M. Fayulu se proclame «président élu». Il a appelé la communauté internationale à ne pas reconnaître M. Tshisekedi. Sur le papier, la RDC vit une première transmission pacifique du pouvoir d'un président à l'autre. Félix Tshisekedi, 55 ans, n'aura cependant pas la majorité à l'Assemblée nationale qui reste largement contrôlée par les amis de M. Kabila. Le Premier ministre, selon la Constitution, devra être issu de la majorité parlementaire.
L'inconnue demeure sur la façon dont sera partagé le pouvoir entre les amis de M. Kabila et les proches du président élu, notamment au sujet de la distribution des ministères régaliens.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha