Accueil |Internationale |

ISRAËL RENFORCE LA BARRIÈRE AVEC LA BANDE DE GHAZA

Netanyahu entre mise en garde et calculs électoraux

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Netanyahu multiplie les barrières et les murs avant la campagne électoraleNetanyahu multiplie les barrières et les murs avant la campagne électorale

Dans un communiqué du ministère de la Défense, les affirmations de Netanyahu ont été confirmées, les travaux ayant commencé jeudi et la structure, apparemment sous forme d'une haute clôture en fer recouverte de barbelés, viendrait renforcer le tracé d'une autre barrière.

Non content de soumettre la bande de Ghaza à un blocus total depuis plus de 10 ans, acculant les Palestiniens à des conditions de vie misérables, leurs malades à une dure privation de soins, leurs écoles à des conditions déplorables, voilà que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé, hier, qu'Israël a déjà entamé les travaux pour construire une nouvelle barrière de six mètres de haut qui s'étalera sur 65 kilomètres entre son territoire et celui enclavé de Ghaza. «Pendant le week-end, nous avons commencé à construire une barrière (...) le long de la frontière avec Ghaza», a indiqué non sans arrière-pensées le chef du gouvernement israélien aux journalistes lors d'un briefing intervenu juste avant le Conseil des ministres.
«La barrière empêchera les terroristes de Ghaza de pénétrer sur notre territoire», a-t-il triomphé, ses propos ne parvenant pas à masquer le fait qu'il est déjà entré en campagne et qu'il cherche à se présenter comme l'unique garant de la sécurité des Israéliens. Pourtant, c'est bien sa politique expansionniste et brutale menée sans répit depuis de nombreuses années qui a détruit le résidu de confiance laborieusement entretenu par ses prédécesseurs avec les dirigeants palestiniens, sur la base d'un respect plus ou moins parcellaire des accords conclus aussi bien à Oslo qu'à Camp David.
Dans un communiqué du ministère de la Défense, les affirmations de Netanyahu ont été confirmées, les travaux ayant commencé jeudi et la structure, apparemment sous forme d'une haute clôture en fer recouverte de barbelés, viendrait renforcer le tracé d'une autre barrière souterraine, semble-t-il déjà élaborée, dans le but affiché officiellement de contrecarrer les tentatives palestiniennes d'infiltration au moyen de tunnels sous la frontière.
Cette nouvelle barrière dont la réalisation a été entamée à la veille d'une campagne électorale décisive pour Benjamin Netanyahu, confronté à plusieurs scandales de corruption qui affectent non seulement le Premier ministre lui-même mais aussi son épouse très portée sur l'utilisation, plus ou moins légale, des fonds publics et son fils accusé d'exploiter au prix fort les liens politico-économiques de son père. Pour les autorités israéliennes, cette nouvelle barrière sera «infranchissable» (comme le fut vantée en son temps la «ligne Bar Lev»), dès lors qu'elle doit rejoindre un mur fortifié ancré dans la mer pour empêcher les infiltrations des fidaiyine de Ghaza via la Méditerranée. Un vidéo-clip a même été commandé pour la circonstance, vantant la chose en insistant sur son côté «imposant et particulièrement résistant». Il a été distribué par le ministre israélien de la Défense, en même temps que le communiqué, sur les réseaux sociaux, notamment. Depuis 2008, Israël et le Hamas se sont livrés trois guerres successives et sans doute que l'attaque de 2014 qui a vu quatre fidaiyine pénétrer en territoire israélien par la mer a laissé un traumatisme profond chez les dirigeants sionistes. C'est en ce sens que Benjamin Netanyahu a jugé utile, hier, de bomber le torse en affirmant que «si le calme n'est pas maintenu à Ghaza, nous allons prendre des décisions, même en période d'élections, et nous n'allons pas hésiter à agir». Une mise en garde qui ne convainc pas les observateurs car le Premier ministre, qui est aussi ministre de la Défense, a surtout en ligne de mire les élections en avril prochain et il cherche par tous les moyens à s'assurer les faveurs électorales à un moment où ses principaux alliés des partis religieux ont choisi brusquement de faire monter les enchères! .

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha