Prévisions pour le 0 0000

 Adrar Min °C Max °C
 Laghouat Min °C Max °C
 Batna Min °C Max °C
 Biskra Min °C Max °C
 Tamanrasset Min °C Max °C
 Tlemcen Min °C Max °C
 Alger Min °C Max °C
 Saïda Min °C Max °C
 Annaba Min °C Max °C
 Mascara Min °C Max °C
 Ouargla Min °C Max °C
 Oran Min °C Max °C
 Illizi Min °C Max °C
 Tindouf Min °C Max °C
 Khenchela Min °C Max °C
 Mila Min °C Max °C
 Ghardaïa Min °C Max °C
Accueil |Internationale |

LE PRÉSIDENT BACHAR AL ASSAD RÉUNIT LES ÉLUS LOCAUX ET PROVINCIAUX

L'heure de la reconstruction

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
40.000 candidats pour 18.478 sièges en septembre dernier40.000 candidats pour 18.478 sièges en septembre dernier

C'est en ce sens qu'il a lancé aussi, hier, une mise en garde à certaines factions qui «parient» sur les Etats-Unis, leur assurant que Washington ne les protègerait pas. «A ces groupes qui parient sur les Américains, nous leur disons: ils ne vont pas vous protéger», a martelé le président al Assad.

C'est en recevant les nouveaux élus des conseils locaux des différentes provinces du pays que le chef de l'Etat Bachar al Assad a, de nouveau, souligné que la tenue d'élections locales en Syrie à la date prévue constitue une preuve tangible de «la force du peuple et de l'Etat», non sans souligner que «le plan de partition ciblant la Syrie n'était pas nouveau, mais concernait la plupart des pays de la région». Rapportés par les médias locaux, ces propos tendent à mettre en exergue la donne selon laquelle la Syrie a bel et bien remporté le bras de fer avec les puissances ennemies dont l'objectif était de la «transformer en un Etat défaillant. Comme pour la présidentielle, le scrutin local s'est déroulé «dans les délais impartis», mobilisant les électeurs autour des enjeux de la reconstruction et de la normalisation de leurs cités respectives. Ceci, a dit le président syrien, prouve «l'échec du pari ennemi» dont les tentatives de dislocation de la Syrie se sont heurtées à la volonté et la force du peuple syrien», selon l'agence Sana. «La contribution des citoyens à la prise de décision et la proposition de solutions avec les institutions de l'Etat, ainsi que le dialogue entre les différentes parties ont favorisé l'harmonie et l'union au sein de la société. Les faits sur le terrain ont démontré la volonté de résistance de notre peuple qui est restée ferme», a encore déclaré al-Assad alors que les trois parrains du processus d'Astana sont à pied d'oeuvre pour relancer les discussions autour des points abordés et convenus à Sotchi, en Russie, lors du tout dernier round. Rappelons que c'est en septembre dernier que les électeurs syriens ont été conviés à choisir leurs représentants dans les conseils municipaux et provinciaux, l'équivalent de nos APC et APW, sur une liste de plus de 40.000 candidats briguant 18.478 sièges. Régi par la loi n°107, ce scrutin doit permettre aux instances locales de se préparer pour la phase de reconstruction à laquelle travaillent activement la Russie et l'Iran qui considèrent qu'il s'agit là d'une étape cruciale par laquelle Damas entend conduire le plus rapidement possible la résurgence socio-économique des institutions de l'Etat syrien.
C'est en ce sens que les autorités plaident sur l'urgence d'exploiter «l'amélioration de la situation sur le terrain» dans la mesure où elle offre une chance pour accomplir «un changement qualitatif dans le travail de l'administration locale». Pour le président syrien, c'est en effet aux instances locales d'initier un certain nombre de projets de développement, à charge pour l'Etat de les «intégrer à ses propres projets stratégiques». Tout ceci se déroule dans un contexte régional et international sans cesse hostile, la politique de certains pays membres de la coalition internationale conduite par les Etats-Unis ou de l'OTAN restant tributaire du seul et même objectif de la partition de la Syrie, sous différents prétextes. Ce plan, a rappelé Bachar al Assad, «n'est pas nouveau» et «il ne s'arrête pas aux frontières de la Syrie» mais vise également d'autres pays voisins.
C'est pourquoi il a tenu à indiquer que «le plan de domination du monde dirigé par les Etats-Unis n'avait pas changé», mais que «la résistance du peuple syrien s'est fermement développée, démontrant que la patrie n'est pas une marchandise, mais demeure sacrée et qu'elle possède de véritables propriétaires et non pas des voleurs». En s'adressant à ses concitoyens, le président al-Assad a adressé en outre un message selon lequel «le seul moyen de remédier à l'erreur consiste à rejoindre la réconciliation et à remettre les armes à l'Etat». «Grâce à nos forces armées et au soutien des forces alliées, amis et frères, nous avons réussi à vaincre le terrorisme et il n'aurait pas été possible de protéger la patrie sans la volonté populaire, dans ses différentes composantes (...). Le peuple syrien est ancien et enraciné dans l'histoire. Il a réussi à résister au terrorisme», a conclu le chef de l'Etat syrien. «La Syrie, a-t-il dit en dénonçant les discours 'ridicules'' des pays qui soutiennent le terrorisme et accusent Damas de s'opposer au retour des réfugiés, a besoin de toute sa population car les défis présents et futurs sont considérables.» C'est en ce sens qu'il a lancé aussi, hier, une mise en garde à certaines factions qui «parient» sur les Etats-Unis, leur assurant que Washington ne les protègerait pas. «A ces groupes qui parient sur les Américains, nous leur disons ils ne vont pas vous protéger», a martelé le président Assad, à la télévision publique. «Les Américains ne vous mettront pas dans leur coeur ou dans leurs bras. Ils vous mettront dans leur poche, pour que vous soyez un outil dans leur troc», a-t-il averti.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha