Accueil |Internationale |

SYRIE

Rencontre des chefs d'état-major russe et américain à Vienne

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Rencontre des chefs d'état-major russe et américain à Vienne

Les chefs d'état-major russe et américain se sont rencontrés hier à Vienne pour évoquer la poursuite des opérations en Syrie, où les Etats-Unis ont décidé de maintenir une «force résiduelle» pour assurer la protection de leurs alliés kurdes. Cette réunion entre le général américain Joe Dunford et son homologue russe Valeri Guerassimov a eu lieu à Vienne, en Autriche, a indiqué dans un communiqué le porte-parole de l'état-major américain, le colonel Patrick Ryder. «Les deux responsables militaires ont discuté des mesures de déconfliction entre les opérations militaires en Syrie de la Russie et de la coalition internationale» qui lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Etat islamique (EI/Daesh), a précisé le colonel Ryder. Depuis l'entrée de la Russie dans le conflit en 2015, Moscou et Washington se sont entendus pour se départager leurs zones d'opérations contre l'EI, et éviter tout incident par des mesures dites de déconfliction. Les militaires se préviennent mutuellement de leurs opérations aériennes pour éviter que leurs forces se retrouvent face-à-face. Les deux chefs d'état-major discuteront également «de l'état des relations militaires entre les Etats-Unis et la Russie et de la situation sécuritaire actuelle en Europe», a ajouté le porte-parole, en référence aux tensions actuelles sur le traité INF que les Etats-Unis viennent de dénoncer, jugeant que la Russie a cessé de le respecter.
Malgré le conflit en Syrie et les tensions entre leurs deux pays, les deux chefs d'état-major sont parvenus à maintenir un canal de communication qui ne s'est jamais rompu. En août 2018, la Russie avait ainsi envoyé une lettre confidentielle, qui avait fuité, contenant des propositions de coopération pour assurer la reconstruction de la Syrie et le retour des réfugiés. Le président américain Donald Trump avait décidé en décembre de retirer les troupes américaines déployées dans le nord-est de la Syrie, où elles ont coopéré avec les forces kurdes pour en chasser l'EI, mais il s'est finalement laissé convaincre d'y laisser une force résiduelle d'environ 200 militaires. Washington négocie actuellement avec les alliés occidentaux au sein de la coalition pour constituer une force internationale capable de poursuivre la formation, dans cette région que le régime syrien ne contrôle pas, de services de sécurité capables de maintenir la paix et de faciliter des opérations de stabilisation après l'élimination totale du califat que l'EI avait autoproclamé dans cette zone.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha