Accueil |Internationale |

SYRIE

Moscou et Damas appellent Washington à libérer les réfugiés d'Al-Roukban

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le communiqué a précisé dans ce sillage que «la partie américaine demeure la seule coupable de la catastrophe humanitaire actuelle dans le camp d'Al-Roukban», rejetant les tentatives de Washington de porter «la responsabilité de ce qui arrive aux réfugiés sur les parties syriennes et russes».

Les autorités russes et syriennes ont exhorté hier Washington à libérer les Syriens retenus «illégalement» dans le camp d'Al-Roukban dans la zone d'Al-Tanf, afin de garantir leur libre accès à leurs lieux de résidence, ont rapporté des médias locaux. Moscou et Damas ont exprimé leurs positions sur les réfugiés syriens du camp d'Al-Roukban, qui se trouve sur le territoire contrôlé par la coalition occidentale, dans un communiqué publié par la coordination interinstitutionnelle de la Russie et de la Syrie, a indiqué l'agence Sputnik. «Nous exhortons la partie américaine à passer du populisme à des actions concrètes: libérer les habitants du camp d'Al-Roukban détenus illégalement, garantir leur droit à un accès libre sans paiement aux lieux de résidence permanente et assurer la sécurité du passage des convois humanitaires par la route dans la zone d'Al-Tanf occupée illégalement», a ajouté le texte de la coordination.
En outre, Moscou et Damas ont soutenu que les Etats-Unis ont «sapé» une opération humanitaire visant à secourir les personnes se trouvant dans le camp d'Al-Roukban, a poursuivi la même source.»Le commandement du groupe américain dans la zone d'Al-Tanf n'a pas assumé la responsabilité d'assurer une circulation sûre et sans entrave des colonnes d'automobiles à travers la zone de 55 kilomètres qu'il contrôle et, de fait, a perturbé l'exécution de la plus importante opération humanitaire de sauvetage des citoyens syriens se trouvant à Al-Roukban», a fait savoir encore le document. Le communiqué a précisé dans ce sillage que «la partie américaine demeure la seule coupable de la catastrophe humanitaire actuelle dans le camp d'Al-Roukban», rejetant les tentatives de Washington de porter «la responsabilité de ce qui arrive aux réfugiés sur les parties syriennes et russes». La coordination a tenu, à ce propos, d'alerter la communauté internationale sur de «fausses déclarations américaines soutenant que les conditions de retour des réfugiés syriens ne seraient pas conformes aux normes de l'Onu». La Syrie et la Russie avaient dépêché samedi dernier des bus vers le camp pour évacuer les réfugiés syriens voulant le quitter, mais les responsables américains ont refusé d'ouvrir le passage dans la zone d'Al-Tanf au convoi humanitaire, avait indiqué le chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Sergueï Solomatine. Le responsable russe a précisé que les réfugiés syriens continuaient de regagner leurs foyers, assurant qu'avec le concours du Centre 10 points de passage, dont un maritime et un autre aérien, ainsi qu'un couloir humanitaire ont été mis en place. Selon les données disponibles au 28 février dernier, ils sont plus de 224.000 Syriens ayant quitté l'enceinte du camp qui abrite actuellement environ 50.000 réfugiés.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha