Accueil |Internationale |

LES 28 DE L'UE REJETTENT LA LISTE NOIRE ANTI-BLANCHIMENT INCLUANT RIYADH

Un revers pour la Commission européenne

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Un revers pour la Commission européenne

Les représentants des 28 Etats membres de l'UE ont rejeté hier la liste noire contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, proposée par la Commission européenne et incluant notamment l'Arabie saoudite, selon des sources européennes. «Les 28 ont rejeté à l'unanimité lors d'une réunion à Bruxelles la liste» présentée par l'éxécutif européen il y a près de trois semaines, ont indiqué deux sources. Les ministres de l'Intérieur de l'UE devraient valider formellement ce rejet aujourd'hui même, lors d'une réunion dans la capitale belge, afin de parer au plus vite aux éventuelles réactions saoudiennes dont des capitales européennes craignent qu'elles n'affectent des contrats majeurs! Ce rejet était attendu après les critiques sur la méthodologie employée pour dresser la liste et des pressions de Ryad et Washington. Il constitue un revers pour la Commission, qui avait proposé le 14 février dernier d'ajouter sept nouveaux Etats à la liste, portant cette dernière à un total de 23 pays à «haut risque».
Parmi les 7 nouveaux pays ajoutés par la Commission à la liste noire se trouvaient outre l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, notamment le Panama et quatre territoires américains: les Samoa américaines, Guam, Porto Rico et les Îles Vierges américaines. Tout comme le Panama et l'Arabie saoudite, ces quatre territoires ne sont pas sur la liste du Groupe d'action financière international (Gafi), l'organisme chargé de coordonner les efforts mondiaux pour assainir le système financier international, actuellement présidé par les Etats-Unis. Parmi les 16 pays figurant déjà sur la liste initiale se trouvent l'Iran, l'Irak, le Pakistan ou encore l'Ethiopie et la Corée du Nord. Le fait de se retrouver sur cette liste ne déclenche pas de sanctions, mais il oblige les banques européennes à appliquer des contrôles renforcés sur les opérations financières avec des clients ou des établissements financiers dans ces pays. Sur une cinquantaine de pays passés à la loupe, la Commission avait conclu que 23 présentaient des «carences stratégiques» dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha