Accueil |Internationale |

DES MILITAIRES RUSSES SONT ARRIVÉS AU VENEZUELA

Maduro dénonce un acte terroriste

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Maduro accuse des terroristes d'être derrière le black-outMaduro accuse des terroristes d'être derrière le black-out

Nicolas Maduro a dénoncé sur Twitter un «incendie de grande envergure» visant la centrale de Guri (sud), qui fournit environ 80% de l'électricité du Venezuela (30 millions d'habitants), et provoqué selon lui par des «terroristes» afin de «déstabiliser» son gouvernement.

Escalade verbale au Venezuela: des «terroristes» ont provoqué la nouvelle panne de courant, d'après le président Nicolas Maduro, et l'arrivée de militaires russes dans le pays représente une «ingérence à la souveraineté nationale», a lancé le Parlement présidé par l'opposant Juan Guaido. Alors que ce pays aux réserves pétrolières les plus importantes de la planète se remettait à peine de la première mégapanne du 7 au 14 mars, il était à nouveau à l'arrêt depuis lundi après-midi. Ce qui a contraint le gouvernement à prolonger jusqu'à mercredi soir la fermeture des établissements éducatifs et des administrations. Nicolas Maduro a dénoncé sur Twitter un «incendie de grande envergure» visant la centrale de Guri (sud), qui fournit environ 80% de l'électricité du Venezuela (30 millions d'habitants), et provoqué selon lui par des «terroristes» afin de «déstabiliser» son gouvernement. Le ministre de la Communication Jorge Rodriguez a diffusé sur le même réseau social des photos et des vidéos d'installations électriques en proie aux flammes. Une version officielle rejetée par Juan Guaido, reconnu président par intérim par une cinquantaine de pays dont les Etats-Unis: «Il n'y a aucune explication sensée, crédible (...), ce n'est plus une cyber-attaque ou une impulsion électromagnétique, à présent c'est un sabotage, alors que l'armée garde chacune des installations électriques», a-t-il lancé à la tribune de l'Assemblée nationale dissoute, seule institution contrôlée par l'opposition. A Caracas et dans de nombreuses villes du pays, les rues étaient en grande partie vides et les magasins fermés. Dans la capitale, de très rares bus circulaient et les stations de métro étaient fermées.
La panne a débuté lundi à 13h20 à Caracas, mégalopole de cinq millions d'habitants soudainement privés d'eau, de transports publics, de téléphones et d'internet, et de terminaux bancaires, vitaux dans un pays où l'argent liquide est rare en raison de l'hyperinflation. Elle touchait mardi 21 des 23 Etats du pays, selon des utilisateurs des réseaux sociaux faisant état de la situation chez eux. Le gouvernement ne communique pas sur l'ampleur de la panne. Les pannes d'électricité sont fréquentes ces dernières années dans le pays pétrolier, jadis le plus prospère d'Amérique du Sud, et le gouvernement les attribue systématiquement à des sabotages de la part de l'opposition ou des attaques extérieures. Cette nouvelle panne est un coup dur pour l'économie vénézuélienne, en crise profonde. Celle de début mars avait notamment paralysé l'activité portuaire du pays, cruciale pour ses exportations de pétrole, et créé une situation chaotique dans les établissements de soins, seule la moitié des hôpitaux du pays étant équipés de générateurs. Les écoles et les administrations étaient restées fermées pendant sept jours.
Outre le manque de courant, la présence de troupes russes sur le sol vénézuélien électrise aussi le climat politique. La Russie «est en train de renforcer sa coopération avec le Venezuela en accord avec la Constitution de ce pays et dans le cadre de la loi», avait expliqué un peu plus tôt la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova. Pour cela, deux avions russes transportant une centaine de militaires et 35 tonnes de matériel sont arrivés à Caracas, avait annoncé dimanche l'agence russe Sputnik. Ce qui a donné lieu à une passe d'armes lundi entre Washington et Moscou. Le groupe de Lima, composé de 13 pays latino-américains et du Canada, a fait part de sa «préoccupation».

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha