Accueil |Internationale |

30E SOMMET DE LA LIGUE ARABE

Des crises et des promesses

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Les Arabes ont visé le sommet à TunisLes Arabes ont visé le sommet à Tunis

Le président égyptien Abdelfattah al Sissi considère que «l'injustice à laquelle est exposé le peuple palestinien est en grande partie due au mutisme de la communauté internationale».

La volonté de faire prévaloir le dialogue pour surmonter les différentes crises politiques qui affectent les relations entre certains pays dans la région a présidé aux conclusions du 30 ème Sommet de la Ligue arabe achevé dimanche à Tunis. Les chefs d'Etat participants ont examiné la situation qui prévaut en Palestine occupée, au Liban, en Syrie et au Yémen et ils se sont également penchés sur le défi du terrorisme et de la criminalité dont ils ont cerné les voies et moyens indispensables à leur éradication. Autre grand sujet qui a retenu leur attention, celui du développement socio-économique adossé à la nécessaire réforme de l'organisation panarabe. Ainsi, le voile a été levé sur les positions immuables des pays membres relatives à la cause palestinienne et, compte tenu de la récente décision du président américain Donald Trump, sur l'intangibilité des frontières de la Syrie. Dans ce cadre, le Roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud a réaffirmé «le refus catégorique par son pays de toutes mesures susceptibles de porter atteinte à la souveraineté de la Syrie sur le Golan», tout en soulignant «son soutien à une solution politique à la crise prévalant dans ce pays conformément à la légalité internationale».
Concernant la cause palestinienne, le Roi saoudien a exprimé «le souci de l'Arabie saoudite de coopérer avec les autres pays arabes pour la défense des intérêts légitimes» du peuple palestinien, affirmant qu'il entend inscrire «cette question au premier plan de ses préoccupations pour que le peuple palestinien puisse jouir de tous ses droits légitimes, dont l'établissement d'un Etat avec El Qods pour capitale». De son côté, le président tunisien Béji Caïd Essebsi à qui est dévolue, désormais, la présidence tournante du Sommet de la Ligue arabe, n'a pas manqué de souligner le contexte «délicat» dans lequel se trouve la région arabe dans son ensemble, raison pour laquelle il a proposé de donner pour slogan au sommet de Tunis les mots «détermination et solidarité» après avoir regretté le fait que «les pays arabes sont otages de situations qu'ils n'arrivent pas à régler» par et pour eux-mêmes. Pour sa part, le président égyptien Abdelfattah al Sissi considère que «l'injustice à laquelle est exposé le peuple palestinien est en grande partie due au mutisme de la communauté internationale» et il a indiqué en outre que «la lutte antiterroriste nécessite une mobilisation urgente pour la mise en oeuvre de l'approche inclusive prévue par les décisions y afférentes de la Ligue arabe».
Toutes ces positions ont le mérite de la clarté, à défaut de celui de l'efficacité et elles rejoignent la déclaration du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres quand il a évoqué la question palestinienne, se prononçant sans détour pour la mise en oeuvre de la solution à deux Etats comme unique solution du conflit israélo-palestinien. Un sujet qui aura focalisé l'attention et les professions de foi unanimes des participants au 30 ème Sommet. Les observateurs auront noté, par ailleurs, le même unanimisme quand il a été question du respect de l'unité du peuple syrien et de l'intégrité territoriale de la Syrie, mise en cause par la récente décision, une de plus, du président américain Donald Trump dont l'attachement aux prétentions israéliennes est lourd de conséquences pour son propre pays. Sur le dossier de la crise libyenne, les avis ont été également constructifs dans le sens où la feuille de route du représentant spécial du SG de l'ONU Ghassan Salamé a été de nouveau saluée et soutenue par les 21 pays membres qui ont mis l'accent sur l'importance d'une solution inclusive de nature à instaurer la paix et la sécurité dans le pays, permettant au peuple libyen de recouvrer enfin sa souveraineté et son intégrité, d'une part, et une réconciliation nationale effective, d'autre part.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha