{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Syrie

Erdogan menace de frapper «partout» le régime et s’en prend à Moscou

Alors que la crise d’Idleb tend les relations entre la Turquie et la Russie, les Etats-Unis ont apporté un soutien franc aux autorités turques.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a haussé le ton, hier, en affirmant qu’Ankara frapperait le régime syrien «partout», en cas de nouvelle attaque contre ses forces. Surtout, il a adressé une rare critique à l’égard de la Russie, l’accusant de «massacres». Cette sévère mise en garde intervient alors que la situation est de plus en plus volatile dans le nord-ouest de la Syrie, où 14 soldats turcs ont été tués en une semaine par des bombardements de l’armée syrienne soutenue par Moscou. La région fait théoriquement l’objet d’un accord de «désescalade» entre Ankara et Moscou. Mais ces derniers jours, la Turquie a considérablement renforcé sa présence militaire dans la province d’Idleb, où le régime et la Russie ont enregistré des gains face aux groupes rebelles et terroristes. Ankara voit la situation à Idleb comme une question de sécurité nationale en raison de sa proximité avec la frontière turque, redoutant que l’offensive du régime syrien ne provoque un nouvel afflux de réfugiés vers la Turquie, qui accueille déjà
3,7 millions de Syriens. «Je déclare que nous frapperons le régime partout» en cas de nouvelle attaque contre les postes d’observation turcs ou toute autre position d’Ankara à Idleb, a déclaré M. Erdogan lors d’un discours devant son parti. Alors qu’il s’est efforcé depuis 2016 de développer des relations personnelles étroites avec le président russe Vladimir Poutine, M. Erdogan a adressé une rare critique à l’égard de Moscou, signe que la crise d’Idleb empoisonne leurs rapports. «Le régime et les forces russes qui les soutiennent, ainsi que les milices appuyées par l’Iran, attaquent sans arrêt les civils, commettent des massacres et versent le sang», a lancé le chef de l’Etat turc. Selon le Kremlin, MM. Erdogan et Poutine ont dit souhaiter «la mise en oeuvre complète» des accords de désescalade russo-turcs en Syrie lors d’un entretien téléphonique. Mais loin de cette version policée, M. Erdogan a laissé éclater sa colère contre les violations répétées de ces accords, dénonçant les «promesses qui ne sont pas respectées». Un accord conclu entre Ankara et Moscou en 2018 dans la station balnéaire russe de Sotchi prévoyait la cessation des hostilités à Idleb, mais il n’a jamais été respecté par les factions terroristes et rebelles pro Ankara, jusqu’à son effondrement complet. Dernier bastion de l’opposition au régime syrien, la province d’Idleb est dominée par des groupes terroristes dominés par Hayat Tahrir al Cham, ex Fateh al Cham, alias Al Nosra, branche syrienne d’Al Qaïda qui bénéficie du soutien de la coalition internationale emmenée par les Etats-Unis ainsi que de celui de la Turquie. Moscou a plusieurs fois appelé Ankara à faire plus pour empêcher les attaques de certains de ces groupes contre les forces russes. Le président turc a par ailleurs répété un ultimatum déjà adressé la semaine dernière qui somme le régime syrien de se retirer de certaines positions à Idleb. «Nous sommes déterminés à repousser (le régime) derrière les limites de l’accord de Sotchi, c’est-à-dire de nos postes d’observation, d’ici fin février. Nous ferons tout ce qui est nécessaire, sur terre et dans les airs, sans hésiter ni tergiverser», a-t-il dit. «Nous n’attendrons pas que des réunions interminables produisent des résultats», a-t-il ajouté.
Selon la presse turque, Ankara a déployé plus de 1.000 véhicules dans la province d’Idleb en deux jours dont un nouveau convoi de véhicules blindés dans la ville de Binnish, au nord-ouest de la ville d’Idleb. M. Erdogan a en outre affirmé que les avions et hélicoptères qui bombardent les civils à Idleb «ne pourront désormais plus mener leurs actions tranquillement comme avant», sans préciser les moyens qui seraient mis en oeuvre ou si les appareils russes seraient visés.
Signe toutefois qu’Ankara souhaite maintenir le dialogue avec Moscou, le chef de la diplomatie turque a annoncé l’envoi dans les prochains jours d’une délégation en Russie pour essayer de trouver une solution à la crise d’Idleb. Sur le terrain, les affrontements ont gagné en intensité ces derniers jours à Idleb. Mardi, un hélicoptère de l’armée syrienne a été abattu par un tir de roquettes au sud-est de la ville d’Idleb, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), qui attribue l’attaque aux forces turques. Ankara n’en a pas revendiqué la responsabilité. Les forces de Damas ont néanmoins marqué un point important en reprenant le même jour l’autoroute clé M5. Le régime a sécurisé hier les environs de cet axe stratégique, selon l’OSDH. Alors que la crise d’Idleb tend les relations entre la Turquie et la Russie, les Etats-Unis ont apporté un soutien franc aux autorités turques. Le représentant spécial des Etats-Unis pour la Syrie, James Jeffrey, a rencontré hier plusieurs responsables turcs à Ankara, leur assurant que Washington voulait soutenir la Turquie «autant qu’il est possible».

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré