{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

En pleine guerre commerciale

La Chine muette sur une rencontre Xi-Trump au G20

Une rencontre Xi-Trump marquerait un tournant dans la guerre commerciale, qui ébranle les marchés financiers et suscite des inquiétudes croissantes vis-à-vis de l’économie mondiale.

La Chine n’a pas confirmé hier qu’une rencontre en tête-à-tête entre le président Xi Jinping et son homologue américain Donald Trump était bien prévue à l’occasion du G20. En pleine guerre commerciale bilatérale, M. Trump avait déclaré lundi qu’un entretien avec M. Xi pendant ce sommet qui réunira les principales puissances économiques mondiales les 28 et 29 juin à Osaka, au Japon, était «prévu».
Le milliardaire américain a par ailleurs déclaré à la chaîne de télévision CNBC qu’il était prêt à imposer de nouveaux droits de douane punitifs sur des produits chinois si Xi Jinping n’acceptait finalement pas de le rencontrer.» Récemment, les États-Unis ont à plusieurs reprises fait part publiquement de leur espoir d’une rencontre entre les chefs d’État chinois et américain au cours du sommet du G20», a déclaré Geng Shuang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.» Si nous avons des informations à ce sujet, nous les publierons en temps voulu», a-t-il ajouté pendant un point presse régulier.
Une rencontre Xi-Trump marquerait un tournant dans la guerre commerciale, qui ébranle les marchés financiers et suscite des inquiétudes croissantes vis-à-vis de l’économie mondiale.
Le président américain a, par étapes au cours des mois écoulés, imposé des droits de douane de 25% sur des produits chinois représentant 250 milliards de dollars d’importations annuelles. Il a encore menacé lundi d’étendre ces taxes punitives à 300 milliards de produits supplémentaires.
Donald Trump dit vouloir réduire le gigantesque déficit commercial américain avec la Chine, et souhaite pour cela obtenir une série d’engagements sur le respect de la propriété intellectuelle, la fin des transferts de technologie forcés ou l’abandon de subventions aux entreprises d’état.
Pékin a affiché sa volonté de poursuivre les discussions commerciales, mais refuse de le faire sous la pression ou face à des intimidations de Washington.»
La Chine ne veut pas d’une guerre commerciale», a déclaré Geng Shuang. «Si les Etats-Unis sont disposés à négocier sur un pied d’égalité, alors notre porte reste grande ouverte.» «Si les États-Unis persistent dans l’escalade des frictions commerciales, nous y répondrons de façon résolue et nous nous battrons jusqu’au bout», a souligné M. Geng.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours