{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Violations marocaines au Sahara occidental

Le président sahraoui saisit l’ONU

Le président sahraoui, Brahim Ghali, a adressé une lettre au secrétaire général de l’ONU, dans laquelle il a exprimé sa profonde préoccupation face à la nouvelle tentative du Maroc de changer le statu quo dans la zone tampon Guerguerat, soulignant que la présence d’agents marocains dans la zone constituait une « violation grave » de l’accord de cessez-le-feu et de l’accord militaire n° 1 ainsi qu’un acte «provocateur et déstabilisateur qui accroîtrait la menace à la sécurité dans la région». Dans cette lettre envoyée lundi à Antonio Guterres et une copie de celle-ci au Conseil de sécurité, le président sahraoui a demandé l’intervention de l’ONU de « manière décisive » pour arrêter le déplacement et l’expansionnisme des forces marocaines dans la région du Guerguerat, au sud du Sahara occidental, près de la frontière mauritanienne, a indiqué l’agence SPS. Au cours des deux derniers jours, les autorités marocaines ont fait venir un groupe d’agents de sécurité et de renseignement marocains et les ont installés à proximité de la « route goudronnée » construite illégalement par le Maroc à travers la zone tampon située dans la région méridionale du Sahara occidental. « Les autorités d’occupation marocaines ont récemment construit une cabane pour abriter le groupe et sont sur le point de construire d’autres bâtiments illégaux dans la région », a écrit M. Ghali dans sa lettre. Affirmant que la présence d’agents marocains dans la zone tampon constituait une «violation grave de l’accord de cessez-le-feu de 1991 et de l’accord militaire n° 1 de 1997, et un acte provocateur et déstabilisateur qui alimenterait la situation déjà tendue dans la région, le chef de l’Etat sahraoui a appelé le Conseil de sécurité à agir de manière décisive face à la nouvelle tentative du Maroc de changer le statu quo dans la zone tampon. « Si ces actions marocaines ne sont pas maîtrisées, elles vont menacer la paix et la sécurité dans la région et saper le processus de paix déjà fragile des Nations unies au Sahara occidental », a souligné, en outre, M. Ghali. Dans ce contexte, le dirigeant sahraoui demande au Conseil de sécurité à veiller à ce que le Maroc retire immédiatement tous ses agents de la zone tampon et démantèle toutes les installations de cette région. La Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental a été aussi interpellée pour surveiller de près la situation sur le terrain, pour veiller à ce que le Royaume marocain respecte pleinement les obligations qui lui incombent, en vertu de l’accord du cessez-le-feu et des textes militaires y afférents. Tout en respectant pleinement ses obligations en vertu de cessez-le-feu et des accords militaires applicables, le Front Polisario se réserve le droit légitime de réagir à toutes les actions de provocation de la puissance occupante marocaine visant à déstabiliser la zone tampon ou toute autre zone du territoire, a tenu à préciser M. Ghali.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours